Notre Dame des Loups - Adrien Tomas - Mnémos

Envie d’un roman de fantastique façon western qui tache ? Laissez-moi vous présenter cette petite pépite au dynamisme fulgurant et à l’écriture malicieuse ! Autant vous le dire tout de suite, si je n’avais pas été influencée par quelques amies au caractère bien trempé, je n’aurais déjà pas choisi ce roman. Mais c’est justement ce genre de rencontre impromptue qui fait des étincelles. Et ça n’a pas loupé.

Aujourd’hui, parlons ensemble de cette balle d’argent en plein cœur que fut Notre-Dame-Des-Loups, de Adrien Tomas, paru aux éditions Mnémos dans leur collection poche Hélios en mai 2014.

 couverture notre dame des loups de adrien tomas chez hélios

Ce qu’en dit Mnémos

1868, aux confins de l’Amérique, les Veneurs, une petite troupe d’hommes et de femmes sans foi ni loi, aux munitions forgées d’argent, l’âme froide comme l’acier, parcourent les immensités de l’Ouest sauvage.

Ils s’enfoncent, la peur au ventre mais déterminés, dans les gigantesques forêts que seuls les Indiens et les pionniers arpentent. Ils connaissent leur mission : elle pue le sang et la mort. Elle a le son des chairs qui se déchirent et des os qui rompent, des incantations vaudou, des balles qui sifflent et des molosses qui aboient. Au loin, les premiers hurlements se font entendre. La chasse commence… Une chasse qui doit réussir quel qu’en soit le prix. Une chasse pour abattre leur plus terrible ennemie : Notre-Dame des Loups…

Empruntant aux westerns comme aux films d’horreur, Adrien Tomas nous emporte dans un tourbillon de neige, de sang et d’action parfaitement maîtrisée au cœur des légendes les plus sombres et les plus terrifiantes d’Amérique du Nord.

Les wendigos, les Veneur.e.s et la Dame

Ce roman nous propose une aventure explosive, aussi cruelle que dynamique, au cours de laquelle nous n’avons pas de temps de reprendre notre souffle. N’espérez pas pouvoir le poser avant d’avoir fini votre traque. Ne vous leurrez pas : son rythme ultra pêchu et son action débordante vous empêcheront de faire le moindre pas hors de son intrigue.

Pour autant, l’auteur ne tombe pas dans la précipitation et prend malgré tout le temps de poser un cadre précis et détaillé ainsi que d’introduire comme il se doit l’ensemble de ses personnages. A travers les dialogues (internes ou externes), il pose une ambiance rigide et froide, soutenue par des descriptions minimalistes mais suffisantes. Pas le temps, je vous dis, pas le temps, y’a mieux à faire que de s’attarder.

Racisme et mysoginie historiques remis.e.s en cause par un contexte contemporain

Il s’agit du point qui aurait pu faire basculer ma lecture vers une tout autre direction. En effet, la nécessité de coller au vocabulaire et aux mentalités courant.e.s de l’époque dans laquelle se place l’intrigue (la fin du XIXe siècle en plein Far West donc) pousse l’auteur a rendre certains de ses personnages d’un racisme et d’une mysoginie effrayant.e.s et répugnant.e.s. Cependant, et c’est là la grande intelligence de ce roman, un personnage est là pour contrebalancer ces propos puants. Un des veneurs sera rapidement identifié comme « la voix de la raison » et ses propos feront alors foi de bon sens. On comprend donc aisément que, si ce racisme et cette mysoginie sont mis.e.s en scène comme des éléments inhérents au contexte narratif, l’auteur n’oublie pas qu’il appartient à une époque où ces délits ne restent plus impunis, et la simple présence de ce personnage « moderne » permet la juste remise en cause de ces dires problématiques : nickel !

Un jeu de lecture tout à fait plaisant

Trois chapitres vous feront normalement comprendre à quoi joue l’auteur avec son découpage de chapitres. Car oui, il s’agit bien d’un jeu, un jeu tout à fait plaisant et étrange, dont je ne peux pas vous donner les règles.

C’est particulièrement agréable de lire un roman qui nous donne réellement l’impression que son auteur s’est drôlement amusé en l’écrivant : comme un plaisir partagé et complice.

Ce roman est court, il est brut de décophrage et plutôt robuste : je m’en souviendrai pendant longtemps, aussi bien comme un petit coup de poing nerveux que comme une excellente lecture.

Si vous avez envie de mordre un peu la poussière et de faire la chasse aux garous, foncez !

Commentaires   

Oukouloumougnou
# Oukouloumougnou 05-03-2018 20:38
Je susi tellement ravie de voir que tu as aimé cette lecture, elle m'a marquée par son côté "court et effiace". Je n'ai rien à dire de plus, j'ai adoré.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 06-03-2018 16:19
Je suis d'autant plus heureuse de l'avoir aimé que nous partageons donc cela ensemble ! :)
Répondre | Répondre en citant | Citer

Copyright © PikoBooks 2017