La Fille de l'Hiver - Coup de Cœur #CWC2017

Je suis une grande chanceuse : la première lecture que je m’accorde en 2018 est déjà un coup de cœur. Enfin, disons que toutes les conditions étaient réunies pour que je l’apprécie et que ce roman a tenu toutes ses promesses. On en parle un peu ?

couverture roman fille de l'hiver de eowyn ivey

Parlons ensemble d'une de mes toutes dernières lectures pour le Cold Winter Challenge 2017

  • La fille de l'hiver
  • Autrice : Eowyn Ivey
  • Traduit par Isabelle Chapman
  • Éditions 10/18 (2013)
  • 448 pages
  • EAN : 9782264060983

Ce qu'en dit l'éditeur

Pour oublier la mort de leur bébé, Mabel et Jack s’exilent en Alaska. Mais sur ces terres sauvages, le couple s’enferme dans sa douleur. Jusqu’à ce soir d’hiver où il sculpte un bonhomme de neige : une petite fille apparaît près de leur cabane, talonnée par un renard roux. Hallucination, miracle ? Et si cette enfant farouche était la clé d’un bonheur qu’ils n’attendaient plus ? 
Premier roman éblouissant, au réalisme poétique et à l’écriture élégante, La fille de l’hiver est un conte intemporel, hanté par le désir et le merveilleux. Ensorcelant. 

Une réécriture de conte particulièrement bien maîtrisée

Oh que oui. La structure de ce roman a beau être assez classique (trois parties pour les trois périodes essentielles du conte russe originel), la subtilité de la réécriture de conte en fait une énigme impossible à résoudre. "La fille de l’hiver", créature enchanteresse ou personnage réel complètement perdu ? Impossible de répondre à cette question, qui nous fera dévorer ce roman sans être lassé. 

J'ai été tenue en haleine et interrogée tout au long du roman, ce à quoi c'est ajouté au fur et à mesure un enchantement saupoudré d'illusion féérique totalement addictif.

Dans le grand froid de la neige d’Alaska

Je voulais être dépaysée.
J’ai été gâtée.
Perdus dans les montagnes et forêts de l’Alaska, nos personnes principaux vont vivre de leurs efforts, construire leur cabane, apprivoiser la nature, vivre au gré des saisons. Autant de vocabulaire de la nature que de poésie des paysages, l’autrice sait nous bercer doucement et paisiblement dans cette nature sauvage et envoutante.
L’immersion fut totale et j’ai pu rêver pendant quelques jours que je retournais dans la montagne faire des raquettes et pister les renards.

L’amour comme une sereine harmonie

Je suis restée sans voix face à la douceur qui se dégage du couple Mabel/Jack. Ces deux personnes (qui existent à part entière en dehors de leur couple) forme un duo en harmonie, à l’écoute, taquin. Et pourtant Mabel comme Jack conservent leur individualité, construite autour de peines et de secrets, d’isolement et de petits moments à soi.

Je suis encore sous le charme de la construction de ce couple, tendre et inspirant. Et je ne vous cacherai pas que je me sens fortement inspirée. Dans ce duo de personnage, j’ai vu ma conception de l’amour à deux, de la vie commune et de la compréhension de l’autre et de ses évolutions.

S’isoler et se confronter aux autres

A la suite de la perte de leur enfant mort-né, Mabel et Jack se sont perdus dans leurs souffrances. Jouant le tout pour le tout, ils quittent la Pennsylvanie et s’installent en pleine nature, dans une contrée peu peuplée, où ils seront, semble-t-il isolés du monde.

Mais c’est sans compter sur la famille voisine de leur cabane, à plusieurs kilomètres en attelage. Les Benson, c’est cette famille bonbon composée d’énergumènes bons vivants, de personnages haut en couleur. Esther est allée se loger droit dans mon cœur : cette matriarche en salopette et à la langue bien pendue, qui fait fie des convenances et ne baisse que très peu les bras agit comme un shoot de bonne humeur immédiate.

Les interactions de Mabel et Jack avec cette famille sont délicates et profondes, deux groupes sauvages qui se côtoient respectueusement et finissent par former une meute exceptionnelle.

Une lecture parfaite pour savourer le froid de l'hiver

En bref, que cela soit dans la construction maîtrisée et délicate des personnages que dans la structure entre conte et modernité, ce roman m’a séduite de la première à la dernière page. S’il n’est pas d’une complexité folle, il m’a tout de même offert un fabuleux moment de lecture, plongée dans la poésie de l’hiver montagneux et féérique.

Commentaires   

Lili Dans LesEtoiles
# Lili Dans LesEtoiles 25-01-2018 20:34
Quel joli article qui m'a donné une vraie envie de me tourner vers ce livre, que je découvre... :)
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 30-01-2018 16:21
merci pour ton mot Lili, j'espère sincèrement qu'il te plaira autant qu'à moi ! N'hésite pas à revenir pour me donner ton avis.
Je te souhaite de belles lectures.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Céline Online
# Céline Online 19-01-2018 15:25
Ce n'est pas trop douloureux comme lecture ? Les thématiques ont l'air assez sensibles, non ?
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 24-01-2018 13:03
Pour le coup, j'ai eu le coeur serré à bien des moments, mais j'ai trouvé que la thématique du deuil était très bien approchée, de même que celle de la parentalité.
C'est un conte doux-amer, mais bordé d'espoir et de positivité.
Répondre | Répondre en citant | Citer

Copyright © PikoBooks 2017