Ma PAL spéciale Rentrée littéraire #RLN2017

Chercher, trouver, rêver... Chaque année, je me constitue une sélection de lectures que je souhaite absolument faire lors de la rentrée littéraire d'automne.

Ce moment, je le vis comme un enfant devant les catalogues de Noël, à devoir découper des images à coller sur sa liste au Père Noël. Un moment magique où la curiosité est reine.

Aussi, dans le cadre de la Rentrée Littéraire du Net 2017 que je vous invite d'ailleurs à découvrir ici, je m'en suis donné à coeur joie.

Comment faire pour se constituer cette petite liste ?

Ai-je eu accès à des sources privées et ultra méga secrètes ?

Non, certainement pas.
On ne peut pas dire que je sois la super grande cybernétique chercheuse connectée et réactive. Généralement, les informations qui m’intéressent me tombent dessus via mon entourage, qui semble toujours tout savoir avant moi.

SAUF QUE cette année, j’ai pris un peu les devants. Et je vous assure que tout le monde peut le faire. Ce n’est vraiment pas sorcier. Il m’a suffi de fouiner un peu du côté des maisons d’édition qui me plaisent, de scruter les listes proposées par Babelio (leurs sélections me permettent à tous les coups de dénicher un roman qui va me parler) et d’être attentive à la promotion de l’été faite par tous les éditeurs.

C’est tout ! Tout le monde peut le faire… il suffit « juste » de savoir faire du tri, d’être curieux et d’aimer se perdre dans les tréfonds de l’Internet.

Top 10 des lectures que je veux absolument faire pour le #RLN2017

  • C'est le cœur qui lâche en dernier
  • Une histoire des abeilles
  • Les aventures de Ruben Jablowski
  • By the rivers of Babylon
  • Neverland
  • l'âge d'or
  • Jérusalem
  • Point Cardinal
  • Un funambule sur le sable
  • Marche à l'étoile
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
/ 10
  • Mon choix

    Il s'agit bien évidemment « du nouveau » Margaret Atwood, C’est le cœur qui lâche en dernier chez Robert Laffont : après ma lecture bouleversante et poignante de La Servante Écarlate et l’aventure booktube qui en a suivi (c’est-à-dire le live qui clôturait la 2e cession du Femini-books juste ici), impossible pour moi de ne pas trépigner d’impatience en apprenant la parution française immédiate d’un nouveau de ses romans !

    Synopsis

    Le nouveau chef-d'oeuvre de Margaret Atwood, l'auteure de La Servante écarlate
    Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture... Aussi, lorsqu'ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n'ont plus rien à perdre.
    À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d'oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison... ou ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s'installe chez eux avant d'être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n'y est pas : « Je suis affamée de toi. »
    Avec C'est le coeur qui lâche en dernier, Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu'inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître.

  • Mon choix

    Une histoire des abeilles, de Maja Lunde aux Presses de la Cité : j’ai la chance d’avoir des ami(e)s libraires qui connaissent extrêmement bien mes goûts et mes sensibilités littéraires… Alors, quand plusieurs d’entre eux me disent, après avoir lu le service presse, « fonce, tu vas adorer », je n’ai presque plus d’excuse. Si ce n’est que le synopsis de ce roman touche déjà au sensible chez moi et qu’il me tarde de m’y plonger.

    Synopsis

    Un triptyque écologiste qui raconte l'amour filial à travers le destin des abeilles.
    Angleterre, 1851. Père dépassé et époux frustré, William a remisé ses rêves de carrière scientifique. Cependant, la découverte de l'apiculture réveille son orgueil déchu : pour impressionner son fils, il se jure de concevoir une ruche révolutionnaire.

    Ohio, 2007. George, apiculteur bourru, ne se remet pas de la nouvelle : son unique fils, converti au végétarisme, rêve de devenir écrivain. Qui va donc reprendre les rênes d'une exploitation menacée par l'inquiétante disparition des abeilles ? 

    Chine, 2098. Les insectes ont disparu. Comme tous ses compatriotes, Tao passe ses journées à polliniser la nature à la main. Pour son petit garçon, elle rêve d'un avenir meilleur. Mais, lorsque ce dernier est victime d'un accident, Tao doit se plonger dans les origines du plus grand désastre de l'humanité.

  • Mon choix

    Les aventures de Ruben Jablowski, de Edgar Hilsenrath et traduit par Chantal Philippe aux éditions Le Tripode… Adepte depuis quelques mois (mais trop peu) des éditions du Tripode (que j’ai découvert grâce aux ouvrages de Goliarda Sapienza et définitivement adoré grâce à Née Contente à Oraibi de Bérengère Cornut), je me suis intéressée aux nouveautés à paraître chez eux et… je l’avoue, la couverture de ce titre a attiré mon attention. Mais ensuite j’ai découvert qu’il s’agit d’une des plumes contemporaines allemandes dissonantes qui a osé écrire sur la Shoah de façon crue et cruelle… Et que je n’avais encore rien lu de ce monsieur. Les quelques critiques que j’ai pu trouver nous expliquent que ce nouveau roman est une belle porte d’entrée dans l’œuvre de ce grand auteur. Qu’à cela ne tienne, il sera avec moi cet automne.

    Synopsis

    Arraché à l’insouciance et l’espièglerie de l’enfance par la terreur nazie, le jeune Ruben Jablonski se retrouve à la sortie de la Seconde Guerre mondiale dans une situation désespérée. Libéré d’un ghetto, séparé de sa famille et à la recherche d’un nouveau destin, il s’engage dans un périple épique qui le conduit de la Roumanie aux États-Unis, en passant par l’Ukraine, la Turquie, la Palestine et la France…
    Les réminiscences enfantines, l’humanité qui survit à l’horreur et l’amour de la littérature pour unique boussole confèrent aux Aventures de Ruben Jablonski une force et un humour rares. Edgar Hilsenrath a écrit ce roman en 1997 – bien après les autres livres qui lui avaient déjà apporté une renommée internationale – et il fait la bouleversante synthèse des quinze années qui ont vu sa vie basculer.

  • Mon choix

    By the rivers of Babylon, de Kei Miller, traduit de l’anglais jamaïcain par Nathalie Carré, chez Zulma est un roman qui a su attirer regard, oui, je l'avoue, de part sa couverture absolument renversante. Comme pour les éditions Le Tripode, ce roman, je l’ai sélectionné directement via le site internet des éditions Zulma, car j’affectionne particulièrement cette maison d’édition et je souhaite « en lire un à cette rentrée ». Et BOOM ! De la littérature caribéenne ? Jamais, jamais, jamais lue ! Je n’ai pas hésité longtemps : la Jamaïque, les rastafaris, le Prêcheur Volant… Tant de thèmes que je n’ai jamais abordés, tant d’inculture à combattre.

    Synopsis

    Augustown, quartier pauvre de Kingston. En cet après-midi d’avril 1982, Kaia rentre de l’école. Ma Taffy l’attend, assise sur sa véranda. La grand-mère n’y voit plus mais elle reconnaît entre toutes l’odeur entêtante, envahissante, de la calamité qui se prépare. Car aujourd’hui, à l’école, M. Saint-Josephs a commis l’irréparable : il a coupé les dreadlocks de Kaia – sacrilège absolu chez les rastafari. Et voilà Ma Taffy qui tremble, elle que pourtant rien n’ébranle, pas même le chef du gang Angola ni les descentes des Babylones, toutes sirènes hurlantes.

    On dirait bien qu’à Augustown, Jamaïque, le jour de l’autoclapse – catastrophe aux promesses d’apocalypse – est une nouvelle fois en train d’advenir. Alors, pour gagner du temps sur la menace qui gronde, Ma Taffy raconte à Kaia comment elle a assisté, petite fille au milieu d’une foule immense, à la véritable ascension d’Alexander Bedward, le Prêcheur volant…

    By the rivers of Babylon est un roman puissant, magnifique chant de résistance et de libération.

  • Mon choix

    Encore une fois, il s'agit « du nouveau » Timothée de Fombelle, Neverland, aux éditions de l’Iconoclaste. Simple curiosité dévorante et amour profond pour cet auteur spécialisé en jeunesse qui s’essaie pour la première fois à la littérature contemporaine adulte. Dois-je argumenter davantage ? Vous connaissez mon amour pour Le Livre de Perle et mon coup de cœur absolu pour Tobie Lolness… Je n’ai rien à ajouter.

    Synopsis

    Neverland est l’histoire d’un voyage au pays perdu de l’enfance, celui que nous portons tous en nous. À la fois livre d’aventure et livre-mémoire, il ressuscite nos souvenirs enfouis.

    Après son immense succès en littérature jeunesse (Tobie LolnessVangoLe livre de Perle), Timothée de Fombelle signe son premier livre pour adultes.

    « Je suis parti un matin en chasse de l’enfance. Je ne l’ai dit à personne. J’avais décidé de la capturer entière et vivante. Je voulais la mettre en lumière, la regarder, pouvoir en faire le tour. Je l’avais toujours sentie battre en moi, elle ne m’avait jamais quitté. »

  • Mon choix

    L’Âge d’Or, de Michal Ajvaz. Ce titre-ci aussi est un « presque prétexte » pour vous parler de la maison d’édition Mirobole, située à Bordeaux mais distribuée partout en France, qui a une ligne éditoriale bien particulière : policière et étrangère. Qu’il s’agisse de mystérieux, fantastique, étrange, inquiétant, absurde, anticipé ou épouvantable, les romans de littérature étrangère des éditions Mirobole ont toujours réussi à faire mouche. J’ai hâte de découvrir ce nouveau bébé.

    Synopsis

    «Par l'auteur de L'Autre ville, une plongée vertigineuse au cœur d'un monde perdu.»

    À travers un carnet d’exploration fictif, un voyageur revisite en imagination l’île peuplée d’excentriques où il vécut plusieurs années, faisant resurgir un univers de bruissements, d’odeurs et de lumières mouvantes, royaume de l’étrange et du beau dont le joyau le plus envoûtant est un livre labyrinthique que les indigènes complètent ou altèrent au gré de leurs humeurs…

    Sur les traces de Michal Ajvaz et de son narrateur nostalgique, le lecteur arpente cette île mystérieuse, royaume de l’insensé et de l’absurde à la géographie vaporeuse, au langage mouvant, au gouvernement improbable, et  se perd dans un roman extravagant à la lisière d’un guide touristique devenu fou, au fil d’un imaginaire qui file à bride abattue…

  • Mon choix

    Jérusalem, de Alan Moore et traduit par Claro, aux éditions de l’Inculte. Oui ! Vous avez bien lu « Alan Moore ». L’auteur brillantissime de V pour Vendetta… ENTRE AUTRES. Scénariste de comics de génie, à la retraite depuis quelques mois, cet homme est un monument de la création contemporaine. Oui, oui. Bon, vous comprenez mon excitation alors, non ? D’autant qu’il s’agit tout de même de son premier roman traduit en France, qui lui a demandé une décennie à écrire… et que cela me permet aussi de vous parler des éditions de l’Inculte (une sorte d’OVNI éditorial formé par un collectif d’écrivains, de traducteurs et de philosophes). Leurs parutions sont exigeantes, voire souvent trop érudites pour moi, MAIS, je suis heureuse de pouvoir m’y frotter de temps en temps. Et là, l’occasion est bien trop belle pour être manquée !

    Je vous conseille de lire cet article des Inrocks, ultra intéressant.

    Synopsis

    Et si une ville était la somme de toutes les villes qu’elle a été depuis sa fondation, avec en prime, errant parmi ses ruelles, cachés sous les porches de ses églises, ivres morts ou défoncés derrière ses bars, les spectres inquiets ayant pris part à sa chute et son déclin ? Il semblerait que toute une humanité déchue se soit donné rendez-vous dans le monumental roman d’Alan Moore, dont le titre – Jérusalem – devrait suffire à convaincre le lecteur qu’il a pour décor un Northampton plus grand et moins quotidien que celui où vit l’auteur. Alan Moore a conçu un récit-monde où le moindre geste, la moindre pensée, laissent une trace vivante, une empreinte mobile que chacun peut percevoir à mesure que les temps semblent se convulser. Il transforme la ville de Northampton en creuset originel, dans lequel il plonge les brûlants destins de ses nombreux personnages. Roman de la démesure et du cruellement humain, Jérusalem est une expérience chamanique au cœur de nos mémoires et de nos aspirations. Entre la gloire et la boue coule une voix protéiforme, celle du barde Moore, au plus haut de son art.

  • Mon choix

    Point Cardinal, de Léonor de Récondor, aux éditions Sabine Wespieser, est déjà bien parti pour faire parler de lui. Et c'est tant mieux ! Trois raisons principales à sa présence dans ma PAL : il s’agit d’une maison d’édition dont je n’ai jamais entendu parler, Margaud Liseuse m’a émue lorsqu’elle en a parlé, la thématique développée m’intéresse énormément. Voilà… Il s’agit de mon ouvrage « mouton ». J’assume totalement !

    Synopsis

    Sur le parking d’un supermarché, dans une petite ville de province, une femme se démaquille. Enlever sa perruque, sa robe de soie, rouler ses bas sur ses chevilles : ses gestes ressemblent à un arrachement. Bientôt, celle qui, à peine une heure auparavant, dansait à corps perdu sera devenue méconnaissable.
    Laurent, en tenue de sport, a remis de l’ordre dans sa voiture. Il s’apprête à rejoindre femme et enfants pour le dîner. Avec Solange, rencontrée au lycée, la complicité a été immédiate. Laurent s’est longtemps abandonné à leur bonheur calme. Sa vie bascule quand, à la faveur de trois jours solitaires, il se travestit pour la première fois dans le foyer qu’ils ont bâti ensemble. À son retour, Solange trouve un cheveu blond…
    Léonor de Récondo va alors suivre ses personnages sur le chemin d’une transformation radicale. Car la découverte de Solange conforte Laurent dans sa certitude : il est une femme. Reste à convaincre ceux qu’il aime de l’accepter.
    La détermination de Laurent, le désarroi de Solange, les réactions contrastées des enfants – Claire a treize ans, Thomas seize –, l’incrédulité des collègues de travail : l’écrivain accompagne au plus près de leurs émotions ceux dont la vie est bouleversée. Avec des phrases limpides et d’une poignante justesse, elle trace le difficile parcours d’un être dont toute l’énergie est tendue vers la lumière.
    Par-delà le sujet singulier du changement de sexe, Léonor de Récondo écrit un grand roman sur le courage d’être soi.

  • Mon choix

    Un funambule sur le sable, de Gilles Marchand, aux Forges de Vulcain fut présenté par le jury de sélection des Talents Cultura (dont j’ai toujours apprécié la qualité et la sensibilité et qui m’a déjà permis de découvrir Grégoire Delacourt mais aussi Pierre Raufast). Ce roman m’intrigue tout particulièrement. Un garçon avec un violon dans la tête, cela ne vous fait-il pas immédiatement penser à un certain jeune homme avec une horloge dans le cœur ? Moi si. Et rien que pour ça, je tente l’aventure.


    D’une façon bien plus générale cela dit, tous les titres des Talents Cultura me tentent vraiment beaucoup ! Je connais la sensibilité du jury et ils font trèèèèès souvent mouche !

    Synopsis

    C'est l'histoire de Stradi qui naît avec un violon dans le crâne. A l'école, il va souffrir à cause de la maladresse ou de l'ignorance des adultes et des enfants. A ces souffrances, il va opposer son optimisme invincible, héritage de ses parents. Et son violon s'avère être un atout qui lui permet de rêver et d'espérer. Roman de l'éducation, révérant la différence et le pouvoir de l'imagination.

  • Mon choix

    Marche à l’étoile, de Hélène Montardre, chez Rageot appartient au domaine de la littérature jeunesse, qui fait partie de mes grands centres d’intérêt. Elle me porte souvent vers de magnifiques coups de cœur et je ne souhaitais pas la laisser de côté pour cette rentrée. Aussi ai-je profité de l’arrivée de Rageot chez Net Galley pour m’intéresser à ce roman à la thématique rarement vue en YA. J’ai hâte de découvrir comment l’autrice parvient à aborder l’esclavage auprès des jeunes.

    Synopsis

    À 150 années de distance, un jeune esclave enfui d’une plantation du Sud des États-Unis et son descendant, un Américain d'aujourd’hui, entament une traversée. Des montagnes aux vastes plaines, des marécages aux grands fleuves, Billy marche sans répit, traqué par un chasseur d’esclaves. Son but, son étoile : conquérir sa liberté. D’une petite chambre new-yorkaise aux quartiers bourgeois de Bordeaux, Jasper avance dans les pas de son ancêtre. Sa quête : comprendre qui il est. 

Commentaires   

#2 Pikobooks 16-08-2017 17:21
Citation en provenance du commentaire précédent de Junko :
Une histoire des abeilles et Point Cardinal font partie de ma Wishlist ! C'est vraiment une super idée de nous présenter des maisons d'édition qu'on n'a pas l'habitude de voir dans les médias ! Bonnes lectures :)


Merci Junko ! :)
Franchement, cette rentrée s'annonce merveilleuse ! Et beaucoup de personnes me font le cadeau de jouer le jeu ;) C'est génial !
Citer
#1 Junko 11-08-2017 20:17
Une histoire des abeilles et Point Cardinal font partie de ma Wishlist ! C'est vraiment une super idée de nous présenter des maisons d'édition qu'on n'a pas l'habitude de voir dans les médias ! Bonnes lectures :)
Citer

Copyright © PikoBooks 2017