Les Fiancés de l’Hiver – La Passe-Miroir – Christelle Dabos – Gallimard Jeunesse

Je me doute que vous en avez déjà entendu parlé, que vous l’avez sans doute déjà lu (et même le tome 2), mais j’ai tout de même envie de vous faire partager mon avis concernant ce roman jeunesse.

Parlons ensemble des Fiancés de l’Hiver, le tome 1 de la Passe-Miroir, de Christelle Dabos, aux éditions Gallimard Jeunesse, publié en 2013 et lauréat de la première édition du Concours du Premier Roman Gallimard Jeunesse.

Je vous conseille fortement d’aller faire un tour sur le site internet entièrement consacré à l’univers de La Passe-Miroir, il est sublime et très enrichissant.

Ce qu’en dit l’éditeur

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’Arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant.« 

Des couleurs fantasy adultes aux nombreuses références

Sans surprise, j’ai immédiatement adopté l’univers mis en place par Christelle Dabos. Dans un roman « young adult », quel plaisir de se retrouver nez-à-nez avec une atmosphère fantasy riche et passionnante. J’y ai vu beaucoup des romans que j’avais déjà adorés (les intrigues de cours de l’Assassin Royal), ressenti des rappels de mon enfance (oui, impossible de ne pas faire de parallèle Sissi/Ophélie lors de son arrivée à la Citacielle) et même rêvé face à certains paysages (impossible non plus de ne pas faire le parallèle Citacielle/Laputa, pour les connaisseurs).

En bref, l’intelligence de cet univers, c’est qu’il permet la projection du lecteur. On y retrouve tous les canons du genre, mais suffisamment ouverts pour y mettre nos propres attentes. Y construire notre univers de lecteur. Brillant !

Des personnages « stéréotypés » maîtrisés avec brio

Soyons tout de même honnêtes : la jeune fille honnête et empotée, franche et discrète ; le jeune homme froid et distant, hautain mais délicat ; la tante excentrique et pudibonde ; la belle-mère manipulatrice et joueuse ; la cour de nobles affamés et dévergondés… Oui, que de clichés. Mais si bien maîtrisés, si bien transformés, que rien n’est gênant, au contraire.

Un cliché est un cliché pour une raison : on s’y attend, on le souhaite. Mais il n’est réussi que si on est tout de même surpris, par les changements de caractère ou bien par l’affection que l’on porte malgré tout aux personnages. Dans ce cas précis, il s’agit des deux ! On en redemande.

Une douceur dans l’écriture et une richesse dans l’univers

Et cette écriture ! Une merveille de douceur et de fluidité. C’est, selon moi, ce qui fait la richesse de ce roman. Je n’ai pas rencontré une seule gêne, un seul bémol dans ma lecture. Certes, j’ai sauté quelques descriptions, mais seulement parce qu’il était tard et que le scénario me prenait ! Mais j’ai vraiment apprécié ce style coulé, précis et délicat.

Et ce sentiment est renforcé par la poésie de l’univers. L’imagination dont fait preuve l’auteur est sans conteste d’une grande sensibilité. L’écharpe-chat, les Animistes, les Mirages… que de belles images. J’adore cet univers, à la fois terrible et dur mais aussi poétique qu’enivrant. C’est un monde dans lequel il fait bon plonger les yeux fermés.

En bref, une très belle lecture et sans surprise : un coup de cœur !

Copyright © PikoBooks 2017