Deux lectures adolescentes - Deux autrices

Août 2019.
Il n’y a pas eu d’articles sur ce blog depuis août 2019.
Qui est-ce que cela va déranger ?
Certainement pas moi, alors rentrons dans le vif du sujet comme si de rien n'était.
Deux romans de littérature adolescente sont arrivés dans mes mains ces derniers temps, aussi, ils vont se partager l’affiche aujourd’hui. 

“Sous-sol”, de Martine Pouchain

Publié le 2 février 2022, dans la collection “Exprim’” des éditions Sarbacane, le nouveau roman de Martine Pouchain, “Sous-sol” se rapproche du thriller psychologique, sur fond de post-apocalyptique.


Ce qu’en dit la maison d’édition

“A la suite d’une catastrophe planétaire, presque toute vie sur Terre a été exterminée. Réfugiée avec sa soeur et ses parents dans le sous-sol de leur ancienne maison, Leslie attend que l’air soit à nouveau respisable en rêvant à l’avenir grandiose que le père leur a promis. 
Car un jour, c’est certain, ils sortiront…”

Un huis-clos étouffant (pour les novices)

Dans un premier temps, je dois vous dire que le style de Martine Pouchain a tout pour plaire dans ce genre d'exercice. Simple, vif, sans attirail alourdissant, son texte fuse. On y lit les émotions de ses protagonistes avec une facilité déconcertante et il est difficile de ne pas tourner les pages sans respirer, alors même que l’atmosphère “huis clos” rend l’intrigue parfois routinière, si ce n’est lassante. En deux mots : ça fonctionne !

Malheureusement, cela n’a pas suffit à me tenir en haleine. Je suis sans doute trop habituée, trop rodée, j’en ai vu d’autres, ain’t my first ride, cowboy… Mais je l’ai vu venir de loin, de très loin, avant même de lire la première page (les archives de mes stories instragram le prouveront aux sceptiques, j’en avais parlé à réception de l’ouvrage). Mais passons, franchement passons car il s’agit ici d’un roman à destination d’un lectorat jeune, adolescent ou jeune adulte. Il y a fort à parier que ces lecteurs et lectrices soient, pour ne pas dire dupes (ce qui serait un peu trop fort), plus réceptifs et réceptives. 

Dans cette configuration, le roman de Martine Pouchain est glaçant. On y explore des thèmes qui me sont chers (la liberté, le libre-arbitre) à travers des motifs propres à cette littérature : l’émancipation, la rébellion, la contradiction. Il fait mal, peur, rend malade. De grands frissons qui devraient plaire !

Un contexte américain bien trop vu

Cela dit, quelque chose me tracasse, et ce n’est que sous l’impulsion de la discussion et de la curiosité que je vous en parle, non comme un reproche fait à l’autrice ou la maison d’édition. Si ce roman est fondé sur de nombreux faits divers réels (mentionnés par ailleurs en fin d’ouvrage pour les Pays-Bas et St-Nazaire), pourquoi faut-il encore une fois que son intrigue soit placée aux Etats-Unis ? Je suis persuadée qu’en l'occurrence, le roman fonctionnerait tout aussi bien (si ce n’est mieux), dans un contexte bien plus proche de son lectorat. Tout le roman se déroule dans une cave. Pourquoi ne pas la situer en Bretagne, dans la Creuse, en Aquitaine ? Pourquoi forcément dans un état paumé des States ? Autrice francophone, lectorat francophone, contexte ricain. Encore et toujours. Je trouve cela très dommage. Je chipote me direz-vous ? J’estime que non.

En bref, un huis clos sur le fil

Pour ma part, c’était du déjà-vu et je n’ai pas passé la plus belle lecture de ma vie. Mais j’estime que ce roman jeunesse, bien exécuté et difficile à lâcher, pourra plaire à un lectorat avide de sensations fortes, de suspens et de glauquerie. Un divertissement agréable qui fera frémir et frissonner. Difficile également de ne pas être touchée par l'intention de l'autrice, qui m'a adressé son roman par le biais des éditions Sarbacane. J'avais adoré (proprement adoré) un de ses précédents romans, "Fil de Fer", publié aux éditions Flammarion Jeunesse, dont je vous avais parlé sur la chaîne et que je vous recommande toujours.

"George Sand l'Indomptée", de Séverine Vidal

Il s'agit cette fois-ci du premier ouvrage que je lis de Séverine Vidal, paru dans le cas présent aux éditions Rageot, le 19 janvier 2022. Je suis charmée. Tout m'a plu, de la délicatesse du style en passant par l'habile mélange de fiction et de citation. Vraiment, je ne pensais pas autant apprécier cet ouvrage, qui n'oublie pas son lectorat et reste abordable tout en n'étant pas infantilisant. Fabuleux.


Ce qu'en dit la maison d'édition

Aurore Dupin, plus connue sous son nom de plume, George Sand, a lutté pour une vie de liberté, sociale, politique, amoureuse et littéraire, à une époque où les femmes avaient peu de droits.

Tout commence lorsqu'Aurore arrive au chateau de Nohant, à peine âgée de quatre ans. Tiraillée entre sa mère et sa grand-mère après la mort de son père, elle doit s'affirmer. Son imagination déborde, elle rêve d'indépendance...

Aurore avant George

Allez, je vous spoile tout, pour le plaisir : le roman s'arrête sur l'arrivée de George. Et non, point de George Sand dans ce roman biographique. Il est surtout question d'Aurore Dupin, de son enfance rebelle, son adolescence curieuse, le tiraillement entre sa grand-mère aristocrate et sa mère libre... Et ses débuts de femme. Quel beau roman ! Comme il donne envie ! Envie de deux choses : découvrir les autres écrits de Séverine Vidal et se replonger dans ceux de George Sand, goulument. Je me suis souvent trouvée prise au piège de la fiction dans ce livre, totalement absorbée par la petite Aurore sans penser à ce que je savais déjà de l'autrice George Sand. La formule fonctionne très bien !

L'amour de son sujet

S'il y a bien une évidence à travers ce roman, c'est l'amour que Séverine Vidal porte à son sujet. George Sand, on sent qu'elle l'a lu. Et pas qu'un peu.  La délicatesse avec laquelle Séverine Vidal retranscrit le vécu de cette femme est touchante, contagieuse. Entre les lignes, on entend l'admiration, on sent la fascination, la passion pour les mots de George Sand. On a d'ailleurs le plaisir de les lire, puisqu'ils sont incorporés par petite touches subtiles. Je n'ai qu'une seule envie désormais, me plonger dans la bande dessinée que Séverine Vidal a scénarisée et que Kim Consigny a dessinée, aux éditions Delcourt (vivement que mon banissement pour retard d'emprunts à la bibliothèque soit terminé !).

Il y a fort à parier que cette passion sera transmise au lectorat de "George Sand l'indomptée". En tout cas, moi qui n'était pas si familière du travail de George Sand, je me surprends désormais à éprouver un véritable attachement pour cette femme. J'ai hâte de redécouvrir son travail très prochainement.

Une belle entrée dans la littérature

Au-delà d'un très beau récit, d'une belle leçon d'émancipation, d'une aventure humaine touchante, c'est surtout l'habilité littéraire de Séverine Vidal que je retiens. J'ai été scotchée par l'aisance avec laquelle elle a su manié les propres mots de George Sand pour les incorporer aux seins. J'ai été bluffée par l'envie qu'elle a su faire naître en moi de me précipiter à la bibliothèque pour les lire par moi-même. J'espère que je ne serai pas la seule car c'est sans aucun doute ce genre d'ouvrage qui peut faire naître des vocations. Et rien que pour ça, je tire mon chapeau.

Au programme sur "Pikobooks", prochainement

Oui, c'est sûr et certain, je reprends du clavier. Dans un contexte où "le blog, c'est mort", ou "personne ne lit plus les articles" (bah moi, si!) et où "y'a jamais de commentaires" (oups !), je me moque un peu de l'impact que mes pauvres mots pourront avoir. Je veux renier avec les lectures approfondies, les réflexions littéraires, les conversations passionnées. Me poser à mon secrétaire et ritualiser mes pensées, voilà ce qui me plaît de réinstaurer dans mon quotidien. Mais plus encore que le blog, c'est le podcast qui me manque. L'exercice est nettement plus compliqué et chornophage, mais il me manque tout de même. Un premier rendez-vous interview est déjà posé. J'ai hâte, si vous saviez !

A très bientôt et sinon, vous pouvez me retrouver sur Instagram, j'y suis encore assez active. En attendant, je vous laisse bouquiner, et moi je retourne lire.

PS : et parce que sinon je vais avoir des soucis domestiques, toutes les photos de cet article sont à créditer à mon amoureux.

Comments est propulsé par CComment

Copyright © PikoBooks 2017