La fête des Roses - Gerberoy - Picardie

Parce que je suis curieuse, tête en l’air, passionnée, bavarde, enthousiaste et spontanée, je me lance souvent dans des projets farfelus, loin dans ma tête, sans que ceux-ci ne puissent voir le jour, trop souvent résignée pour me lancer. Et bien cela suffit. 

Cela fait plusieurs semaines que je ressens l’envie de m’exprimer un peu plus généralement sur cet espace, que je vais donc réorganiser au fur et à mesure – je suis partisane du « un peu tous les jours » plutôt que du « trop d’un coup ».

Et pour pouvoir extérioriser cette envie de diversité et d’ouverture, je me lance ce petit challenge à moi-même : vivre une aventure du quotidien une fois par semaine. 

Une promenade en forêt ? Une ballade en ville ? Une lecture en terrasse ? Un changement quelconque ? Une sortie culturelle ? Une routine écologique ? Un défi zéro-déchet ? Un voyage intérieur ?

Pas grand chose à voir avec la lecture, vous me direz. Oui, peut-être. Ou alors je trouverai des liens. Ou bien je ne trouverai pas de lien et ce ne sera pas grave du tout.

Pas grave du tout.


photo1
photo2
photo3
photo4

La fête de la rose – Gerberoy – Picardie

L’aventure de la semaine dernière, c’est cette plongée de quelques heures au sein d’un village perdu dans la campagne picarde.  Tous les ans, cet espace insolite – où le 21e siècle semble avoir totalement disparu, célèbre la rose. Cette sublime fleur qui a bien décidé d’envahir les sols et de grimper aux murs de tous les bâtiments de ce petit bourg aux dallages clairsemés.

Aux détours des ruelles étroites et poétiques, on aperçoit parfois une princesse médiévale, un noble vénitien ou un forgeron au labeur.

Et l’on apprend, l’espace d’un instant, à savourer le parfum fugace d’une fleur au soleil.


On découvre aussi, en allant vers les autres, l’existence de fromages typiques de la région : le Bray (oui, moi aussi j’ai pensé au Seigneur des Anneaux… je l’avoue) et la tome au foin ou au cidre. De quoi améliorer petit à petit mes connaissances dans cette nouvelle région qui m’accompagne.

L’anecdote insolite

Le parking du village était un champs réquisitionné pour l’occasion, mitoyen d’un pâturage où quelques vaches paissaient en paix. Jusqu’au moment où, sortant de notre voiture garée, nous sommes tombés nez-à-museau avec deux vaches affolées, après que ces deux dernières aient défoncé barrière, barbelés et frontière… Les pauvres se sont enfuies à toute vitesse en traversant la route bitumée… A priori aucun drame n’est arrivé, mais j’ai personnellement eu une petite peur bleue face à ces deux magnifiques bestiaux !

 

Copyright © PikoBooks 2017