Halte en prose

Dites aux loups que je suis chez moi – Carol Rifka Brunt – 10/18

foretminiature
Ce roman est un cadeau. Un très beau cadeau que mon amoureux a choisi de me faire pour Noël. Merci encore à lui, car c’est un roman qui se lit à une vitesse incroyable, tout est si simple et si instinctif. J’en suis encore sur les fesses.

Je l’ai lu en lecture commune avec Vinushka, du blog Lectoplum et elle partage mon avis : ce fut une très belle lecture.

Ce roman, il n’est pas parfait, des longueurs et quelques incohérences de comportement m’ont gênée, mais franchement, ce n’est rien par rapport à la qualité narrative et le plaisir que j’ai pris à le lire !

Parlons ensemble de Dites aux loups que je suis chez moi, de Carol Rifka Brunt, paru ici chez 10/18 en juin 2016, traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Marie-Axelle de La Rochefoucaud et initialement paru aux éditions Buchet/Chastel en mai 2015.

Ce qu’en dit l’éditeur

« 1987, une banlieue new-yorkaise. Ecrasée par une soeur aînée histrionique et des parents absents, June rêve d’art et de son oncle Finn, peintre new-yorkais reconnu. Quand il meurt du SIDA, l’adolescente inconsolable se lie d’amitié avec un homme étrange, Toby, qui se présente comme « l’ami » de Finn. Confrontée au deuil, à la réalité d’une maladie encore honteuse et au malaise de sa famille, June bascule dans le monde des adultes et son hypocrisie.« 

Une écriture maîtrisée ultra fluide : parfaite !

Incroyable ! Moi qui est une peur vivide des gros pavés, car j’ai toujours peur qu’ils soient lents, lourds, longs… Celui-ci, je l’ai dévoré. Je l’ai lu à une vitesse impressionnante, sans « tiquer » une seule fois. Ce qui me fait dire que l’écriture est d’une grande justesse. Fluide, légère et naturelle. Aucune phrase un peu à côté, aucun dialogue maladroit : tout est écrit avec justesse et simplicité. BINGO !

Un contexte narratif lourd

1987. Le SIDA est une maladie reconnue, mais dont la réalité est encore très peu connue, et des chercheurs et du grand public. Le mythe et les craintes que cette maladie génère exclue bon nombre de personnes malades de la société, considérés comme des parias contagieux et criminels. Oui, criminels. Retenez que ce n’est qu’en 1993 que le somptueux, brillant et nécessaire Philadelphia sortira en salle aux Etats-Unis.

Ce contexte historique est particulièrement bien retranscrit, même si, en grande fan de Philadelphia, je n’ai rien appris ni ai été étonnée. En revanche, ce que j’ai vraiment appréciée, c’est que ce contexte ne soit pas central à l’histoire. Oui, deux des personnages sont malades et oui, cela influe fatalement sur le comportement des autres protagonistes, mais ce motif n’éclipse en rien le nerf de ce roman : la complexité des relations familiales.

Big up donc pour cet équilibre très apprécié.

La parenthèse artistique : métaphore de la guérison du cœur

J’ai particulièrement apprécié le motif de l’art qui transperce ce roman de part en part. Que cela soit à travers les poses que prennent les différents personnages, les représentations qu’ils tentent, les tableaux/objets exposés ; mais surtout à travers l’évolution et les modifications du dernier portrait de Finn, celui qu’il fait de ses nièces, jouant ainsi un rôle crucial dans leur relation future.

Des relations familiales complexes

La relation qu’entretiennent les deux sœurs est pour moi la véritable problématique du roman, son cœur de développement. J’ai été sensible à son évolution, aux efforts de chacune pour faire un pas vers l’autre, aux difficultés qu’elles rencontraient à appréhender cette sœur apparemment insensible… Je m’y suis projetée, ai été très émue, mis en rapport beaucoup des interactions que j’avais avec ma petite sœur pendant notre adolescente.

Greta vs. June fonctionne aussi bien que Greta avec June. Les deux soeurs sont vraiment touchantes dans leurs « je t’aime/moi non plus ». Les relations qu’elles entretiennent sont d’une profonde justesse.

Paradoxalement, c’est plutôt la relation June/Toby qui m’a déçue. J’ai trouvé certaines des réactions des personnages particulièrement incohérentes. A mon sens, même en deuil et dans le contexte historique que nous avons décris, June (qui n’a tout de même que 14 ans) accorde bien trop rapidement sa confiance en cet homme adulte détesté par ses parents, qui tente de prendre contact avec elle après le décès de son oncle. Si la fin de l’ouvrage vient justifier cette confiance mutuelle rapide, j’ai tout de même passé quelques centaines de pages à douter de la crédibilité de June. Voilà pour mon seul petit bémol.


Bref, ce roman est un tableau familial haut en couleurs, rythmé et réussi. Une petite pépite ultra fluide et structurée, à lire sans crainte de l’ennui.


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Publicités

15 réflexions au sujet de « Dites aux loups que je suis chez moi – Carol Rifka Brunt – 10/18 »

    1. Merci petite merveille ! 😘
      Je ne sais pas pourquoi j’étais tant attirée par ce roman qui sort totalement de ce que je lis habituellement (gros pavé contemporain à l’américaine, normalement je passe mon chemin), mais celui-ci a vraiment su me séduire et surtout ne m’a déçue en aucun point. 😊😎

      J'aime

  1. Très belle chronique !
    Je l’ai lu il y a quelques semaines, et je dois avouer être sortie mitigée de ma lecture. Trop de longueurs, et certains aspects pas assez exploités à mon goût…
    Mais malgré ça, après quelques temps, je garde de cette lecture un souvenir très bon, les thématiques traitées sont très fortes !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! 😙
      J’avoue que les longueurs sont un des éléments essentiels de ma peur des pavés. Mais ce ne fut pas le cas pour moi ici. Certes, les quelques aller/retour de June à New-York m’ont légèrement ennuyée mais rien de grave. Les passages avec sa mère ont contrebalancé tout ça ! 🙄

      Aimé par 1 personne

  2. Okay donc je viens de me rendre compte que je n’étais pas abonnée à ton blog alors que j’étais persuadée de l’être (du coup je comprends mieux pourquoi j’avais l’impression de ne jamais voir passer tes articles *gourdasse*). Mea Culpa !
    Et faut vraiment que je me mette à ce livre, depuis le temps qu’on m’en parle avec enthousiasme et coup de coeur.

    Aimé par 1 personne

  3. Je n’avais jamais entendu parler de ce roman, et rien qu’avec le titre et la couverture, je ne sais pas si je lui aurais donné une chance en passant devant dans une librairie. J’y passe beaucoup de temps, mais pas encore assez pour lire toutes les quatrième de couverture^^
    C’est pourtant un sujet sensible qui me tiens à cœur, et grâce à toi je vais pouvoir le découvrir. Bon sans doute pas tout de suite parce que là, ma PAL explose, mais je garde ce titre dans un coin de ma tête…
    Philadelphia, l’hymne d’une époque sur le SIDA. Maladie débarquée au début de mon adolescence, j’ai grandi à une époque où tomber amoureux était mortel. Même embrasser quelqu’un. Je me souviens de Clémentine Célarié embrassant à pleine bouche un malade à la télé pour dire que non, « ces gens » ne sont pas dangereux. J’ai pleuré toutes les larmes de mon corps d’ado en lisant Les nuits fauves de Cyril Collard, et je ne parle pas de la cérémonie des Césars où il était récompensé pour l’adaptation au cinéma du livre, alors qu’il était mort quelques semaines plus tôt…
    Je m’étale, mais je suis née dans un monde où l’amour était beau, et je suis devenue femme dans un monde où l’amour c’était la mort. Alors merci pour cette découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh. Je suis très émue par ton commentaire. Parce que moi, comme tu dis, j’ai eu la chance de devenir femme après cette vague de peur et de déni, après cette période de diabolisation des malades plutôt que de la maladie. On nous a appris à nous protéger, pas à rejeter. J’ai grandi avec le sidaction, pas avec le cancer des gais. Philadelphia, c’est un enseignant qui nous l’a projeté en classe, suivi d’un débat. Nous avons eu des pièces de théâtre par des associations pour mettre en scène l’introduction du préservatif masculin. La société a fait du chemin, en tout cas en France. Je crois, enfin j’espère, que les mentalités ont évolué.
      Je ne connaissais pas « les nuits fauves » et je note tout de suite ce titre. Merci pour la découverte.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s