Interlude Jeunesse

Dan Machi, la légende des Familias (T01) – Fujino Omori et Suzuhito Yasuda – éditions Ofelbe

dan-machi-roman-1-ofelbeAvant toute chose, je remercie avec insistance Livraddict ainsi que les éditions Ofelbe pour m’avoir donner la possibilité de lire ce roman.

Nous allons parler ensemble de Dan Machi, la légende des Familias, tome 1, reçu en partenariat Livraddict/éditions Ofelbe, light novel écrit par Fujino Omori et illustré par Suzuhito Yasuda, publié le 30 juin 2016.

J’étais très enthousiaste à l’idée de me plonger dans mon premier light novel, en ayant déjà vu fleurir ça et là dans notre librairie et très curieuse de découvrir ce nouveau genre.

Et… bon… et bien… je ne le cacherai pas plus longtemps : cela a été une pure douche froide.

Autant, j’ai beaucoup apprécié l’ambiance donjon, jeux de rôle, culture pop et japonaise… mais un énorme point a complètement parasité ma lecture.

  • Ce qu’en dit l’éditeur

« Nombreux sont les dieux venus s’installer dans la Cité-Labyrinthe d’Orario, bénissant les mortels qui s’aventurent dans son dédale souterrain en quête de pouvoir, de fortune…
… ou de filles ?! C’est en tout cas le souhait de Bell Cranel, un aventurier novice sous la bénédiction de l’impopulaire déesse Hestia.
Sauvé de justesse par la belle Aiz Wallenstein, une épéiste hors pair, Bell s’engage à suivre ses traces et à devenir un aventurier digne de se mesurer à elle.
Bien décidé à relever ce nouveau défi, Bell plonge dans le mystérieux Donjon avec une énergie nouvelle qui ne manquera pas d’attirer l’attention de certains dieux.« 

  • De la fantasy très marquée et dynamique

Impossible de ne pas adhérer au concept de guildes et de quêtes mis en place dans ce roman. Le système est très sympathique, vivant, dynamique et cela fonctionne très bien. Impossible non plus de ne pas faire de rapprochement avec certains mangas fort connus.

Les nombreuses illustrations disséminées à travers l’ouvrage contribuent à la création d’un univers coloré et pop. L’adhésion à l’univers est renforcée et on a vraiment l’impression d’être dans un animé/écrit sur du papier. Voici un genre très intéressant.

Ce roman est porté sur l’action, l’aventure, le courage et la culture jeux vidéos. De quoi plaire aux jeunes lecteurs.

L’écriture est rapide, très légère et va droit à l’essentiel. Certaines pointes d’humour m’ont eue, d’autres appartiennent à mon coup de gueule et ont, je dois le dire, ruiner mon enthousiasme.

  • Une représentation de la femme… à revoir !

Je comprends vraiment ce qui pousse à apprécier ce livre : de l’aventures, de l’humour, un aspect jeu de rôle très présent et divertissant… Mais ! Et je le dis avec force : suis-je la seule à avoir été marquée par l’aspect ecchi/harem de ce roman ?

Quand je lis (exemples parmi tant et tant d’autres) :

« La déesse se lève vivement du sofa, le mouvement faisant rebondir son impossible poitrine. Je détourne le regard, un sourire surpris sur le visage. Cette vision est un peu trop sensuelle pour moi.
Elle m’a dit que les autres dieux se moquent souvent de son apparence et l’on surnommée la Lolita laitière… »

« J’en ai aussitôt profité pour quitter mon village, avec le peu de possessions qui me restaient et venir ici. Inutile de dire que c’était évidemment parce que j’imaginais faire des rencontres dans le Donjon.
« Ce que tout homme désir, c’est se constituer un harem ! »
Je me souviens encore avec clarté du rire jovial de mon grand-père alors qu’il me répétait cette phrase quand j’étais enfant. »

… je me déconnecte instantanément de ma lecture et plus rien n’a d’intérêt !

Et, s’il serait plus simple pour moi de simplement dire « ce roman n’était pas fait pour moi », ou encore « je n’adhère tout simplement pas au concept » ou enfin « je suis passée complètement à côté » – ce qui aurait été le cas pour un roman adressé à des adultes , je vais finalement insister un chouilla.

Ouverture d’esprit, écriture sensuelle et jeux de séduction dans un roman ne veulent pas dire dévalorisation de l’entité féminine. Il n’existe pas de groupe « les femmes », comme il n’existe pas de groupe « les hommes ». Les infinies généralités disséminées ça et là dans ce roman m’ont vraiment fait l’effet de coups dans le ventre.

Il ne s’agit pas là d’un roman que des adultes liront en se disant « bon, je sais, c’est un peu raccourci, mais c’est juste pour le plaisir ». Non… les lecteurs auxquels ce light novel est destiné se jetteront à corps perdus dans leur lecture. Déjà que les autres médias s’en donnent à cœur joie, pouvons-nous éviter ce genre d’amalgames et de réductions dans les livres ?

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cette chronique, honnêtement. Je suis à la fois en colère, mais aussi très gênée. Car je suis vraiment reconnaissante aux éditions Ofelbe de m’avoir permis de lire ce roman, de découvrir un nouveau genre, de sortir de ma zone de confort… Mais, oui, voilà, je considère tout de même que les romans jeunesse portent une lourde responsabilité : celle d’ouvrir les esprits des jeunes lecteurs, quand bien même cela soit sous couvert de divertissement.

Et s’il est vrai que je suis fascinée par la culture asiatique, particulièrement japonaise, je n’ai jamais caché mon amertume face à la représentation qu’elle donne de la femme dans sa culture populaire. Et de voir cette représentation projetée de plein fouet, sans filtre, sur les tables ados des libraires… cela me ne plaît pas.

  • En bref, une lecture atypique et étonnante qui ne m’a malheureusement pas convaincue

Cela étant, ce sujet bien précis me touche toujours, j’y suis peut-être plus attentive que je ne le devrais et sans doute plus réactive. Ce light novel reste un très bon divertissement et une lecture facile et rapide.


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Dan Machi, la légende des Familias (T01) – Fujino Omori et Suzuhito Yasuda – éditions Ofelbe »

  1. J’avais vu la couverture de ce light novel sur ton blog, ça a titillé ma curiosité mais ton avis me refroidi un peu. Cela dit, je ne suis pas plus choquée que cela par l’aspect harem des oeuvres japonaises, donc je testerai peut-être à l’occasion 🙂

    J'aime

    1. Oui ne te prive pas pour cela si le côté ecchi ne te gêne pas. Il est vrai que pour moi c’est très redibutoire mais je ne trouve pas grand chose à redire pour le genre ! 🙂 Cela saura te divertir je pense sans peine. 😉

      J'aime

  2. Je vois ce que tu veux dire, ce côté m’a gênée sur la lecture de certains mangas. Je n’ai rien contre l’érotisme ou même les scènes de sexe, mais pas quand c’est gratuit comme dans certains shonen (je pense récemment à ma lecture de Yamada-Kun & The 7 Witches), c’est juste des nichons pour faire plaisir au lecteur mâle.

    Quant à la représentation de la femme dans les mangas (pas lu de light novels, donc je parle de ce que je connais), j’ai l’impression qu’il y a des améliorations dans certains titres récents (Arte, Sayonara Football par exemple), mais aussi encore pas mal de boulot. Je repense à ma lecture de Happy Marriage que j’ai d’un côté bien aimé, mais le héros est infect de machisme, allant jusqu’à la menacer de la violer pour la faire taire dans une scène de dispute !

    Bon bref, comme toi je suis sensible à cette thématique, surtout en jeunesse effectivement. C’est d’ailleurs aussi pour ça que j’écris les aventures d’une héroïne 😀

    J'aime

    1. Alors attention, je précise bien qu’il n’y a aucun érotisme ou aucune scène de sexe… rien d’aussi violent qu’un viol ! Absolument pas. 🙂

      Ce que je veux dire c’est que ces petites choses, ces petits détails « un peu » misogyne… à la longue c’est fatiguant et surtout pour un jeune public où se forment des convictions et des représentations sociétales… bref, je ne vais pas écrire un pamphlet non plus car je ne souhaite pas condamner trop sévèrement ce livre. Juste préciser ma pensée et pourquoi cela m’a grandement agacée et oui, ruiné ma lecture.

      J'aime

  3. Je suis contente de lire ton avis … parce que je pense exactement la même chose que toi 😀 et que je ne l’ai pas lu dans les autres critiques.
    Un héros obsédé par les gros seins, des femmes qui sont toutes folles de lui (alors qu’il a 14 ans, même pas 18 hein XD ), des réflexions vraiment limites, et tout ça pour un lectorat plutôt jeune.

    C’est fort dommage parce qu’il y a d’autres choses qui m’ont bien plu, le côté quête notamment, l’aventure dans les donjons, les montées de compétence, … Mais noyées au milieu de réflexions très agaçantes.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s