Pause Young Adult

La bibliothèque des âmes – Miss Peregrine et les enfants particuliers (T03) – Ransom Riggs – Bayard

9782747061810-300x467Ayé ! Fini ! Terminé ! Dévoré ! Englouti ! Lu ! Absorbé ! Adoré !

Que c’est difficile d’essayer d’écrire lorsqu’il n’y a plus rien à lire. On plonge dans cette mélancolie (si, si, vous la connaissez), celle qui nous tient depuis les 5 dernières pages, quand on se dit « ah, mais c’est la fin, j’y suis, y’a plus rien après »…

Et le dernier tome d’une saga, c’est une déchirure. On veut des réponses, on veut un dénouement, on ne veut surtout pas être déçu. Cette pression qu’il prend dans la patate, ce dernier tome ! Attention à toi, t’as intérêt à tenir ton rôle…

Et évidemment, bien évidemment, je suis ravie de ma lecture. Je suis comblée par cette constance, par cette originalité qui se maintient jusqu’à la fin, par cette richesse et cette générosité. Je referme ce livre avec le sentiment très plaisant que l’auteur a tenu ses promesses et assouvi mes désirs. Il m’a offert une saga d’une grande qualité et qui va enchanter les jeunes lecteurs : que du bonheur !

Parlons ensemble du troisième et dernier tome des aventures de Miss Peregrine et les enfants particuliers : La bibliothèque des âmes, par Ramson Riggs, publié aux éditions Bayard en mai 2016.

Pour rappel : mes chroniques des tome 1 et tome 2.

Je déconseille bien entendu la lecture de cette chronique à ceux qui n’ont pas lu les deux premiers tomes… quand à ceux qui sont au bord de leur lecture du tome 3, je vais faire mon possible pour ne pas spoiler, mais tout de même, pour éviter les gaffes, revenez une fois votre lecture achevée.

  • Ce qu’en dit l’éditeur

« Un garçon aux pouvoirs extraordinaires
Une armée de monstres redoutables
Une bataille héroïque pour sauver le monde des particuliers de la tyrannie

Dans le Londres d’aujourd’hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d’Addison, l’illustre chien particulier doué de parole.

Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d’or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l’Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité. Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l’ennemi a bien établi son QG dans l’Arpent, derrière les murs d’une forteresse imprenable…« 

  • De la Seconde Guerre mondiale à l’Arpent du Diable : on change de décor

L’Arpent du Diable… C’est LA plus belle surprise de ce tome. Enfin, je dis « belle », je me comprends, bien entendu. Cet espace délabré, pourri, moisi, cru, cruel, dangereux. Quels frissons ! Quels dégoûts il a pu nous donnés ! On se retrouve bizarrement à repenser à Silent Hill, ce pays maudit où les murs pourrissent et s’effondre passé une certaine heure.

Et je mets à la place des lecteurs adolescents et j’imagine avec plaisir leur angoisse, leur tension, leur appétit de lecture face à cette ambiance magistralement mise en scène dans l’horreur et l’effroi. C’est tout simplement génial !

Un lieu incroyable que j’ai hâte de voir à l’écran tout en espérant ne jamais avoir à y mettre les pieds.

  • De l’action à toute vitesse

Si l’on a reproché au premier tome d’être lent (puisqu’il mettait en place un univers complexe qu’il fallait bien expliquer en plusieurs chapitres) et au deuxième tome d’être mitigé, ce dernier tome regorge d’action, de péripéties ultra dynamiques et de retournements de situation. Non seulement, on obtient les réponses à nos questions, mais on en découvre encore et encore, tout en étant ballotté d’une boucle à l’autre, d’une situation périlleuse à une autre. Le rythme est donc beaucoup plus soutenu dans ce tome pourtant assez long (580 pages).

  • Petit bémol : un « méchant » peu crédible, voire risible

Oui, parce que bon, non, vraiment à un moment… j’ai carrément stoppé ma lecture. « Calme toi, c’est rien, c’est normal, c’est une lecture jeunesse ». Mais voilà, avec les qualités constantes de cette saga, la richesse de l’univers, la prouesse littéraire et artistique du livre-objet… pourquoi, mais pourquoi un personnage manichéen si caricatural ? Ses plans machiavéliques sont élaborés avec brio, certes, mais franchement, dès qu’il ouvrait la bouche… tout s’effondrait. C’est un des soucis que j’ai avec les romans jeunesse, je suis très attentive aux dialogues, qui pour moi représentent énormément.

Et bon… Caul. Non, ça ne passe pas. J’ai beaucoup de mal à ne pas le trouver ridicule. C’est dommage. J’aurai adoré avoir réellement peur de lui. Mais non, c’est surtout l’univers de l’Arpent du Diable et l’organisation des Estres, leurs expériences, leur laboratoire, les Sépulcreux (bref, tout ce que Caul a construit) qui m’ont troublée, mais pas Caul lui-même, qui m’a fait l’effet d’un enfant de trois ans qui pique une colère et qui serait relativement simple à calmer.

  • Une lecture jeunesse qui a quelques défauts

C’est vrai, on peut reprocher beaucoup de choses à cette saga. En un sens, elle n’est pas complètement aboutie. Mais très honnêtement, je ne suis pas certaine qu’un travail plus « poussé » aurait conquis autant de monde. Oui, certains passages sont « heureux » (le personnage qui passe au bon moment, la foule qui n’apparaît que lorsqu’elle est nécessaire aux personnages en péril, les dialogues quelque peu maladroits)… Mais ces petits défauts sont largement compensés par la richesse de l’univers et le sentiment d’émerveillement qui nous emporte du début à la fin.

  • Coup de cœur pour la saga : une lecture incontournable qui renouvelle le genre

Oui, j’en suis persuadée : Miss Peregrine et les enfants particuliers restera longtemps dans les mémoires. Cette saga est arrivée de nul part, a déferlé avec bonheur sur les tables des libraires qu’elle a réussi très rapidement à séduire. Quelle merveille !

Je vous conseille très très fortement de lire cette trilogie. Vous vous plongerez dans un univers « particulier » (oui, fallait bien que je la fasse au moins une fois), riche (oui, je me répète mais la redondance peut être un argument), dingue et ultra séduisant.

J’ai vraiment hâte de voir ce que cela peut donner sur grand écran.

penny-dreadful-eva-green

cdmwiqjusaax9l1


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.


Publicités

5 réflexions au sujet de « La bibliothèque des âmes – Miss Peregrine et les enfants particuliers (T03) – Ransom Riggs – Bayard »

  1. Au final je vois qu’on a plus ou moins les mêmes arguments :), même si tu as été plus conquise par l’univers que je ne l’ai été ! Je pense que je m’étais fait une idée précise de l’ambiance du livre avant de l’avoir ouvert et que j’en attendais autre chose. Ce n’est pas un mauvais livre, bien au contraire, mais je n’ai pas réussi à être emporté par l’histoire et l’univers. Les goûts et les couleurs…

    J'aime

    1. Je comprends. J’avais beaucoup d’appréhension en commençant ma lecture… on m’avait dit que c’était une lecture exigente et j’avoue avoir été presque soulagée ! 🙂 Mais oui, j’adhère totalement à l’univers et aux différents postulats qui nous sont proposés et c’est ce qui fait que j’ai adoré mes trois lectures. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s