Instant Illustré

Les enfants de la Baleine (T01) – Abi Umeda – @Glenat_Manga

enfant-de-la-baleine-1-glenat-630x0Je l’ai déjà mentionné, je l’ai adoré, je voulais vraiment vous en parlé. Tombée en liesse devant l’illustration de ce jeune garçon en larme tenant dans ses mains une forteresse humaine qui m’a fait l’effet d’un « château dans le sable » et non le ciel, je me suis précipitée sans même avoir lu le résumé.

Vous ne trouvez pas qu’il y a un peu de « Ghibli » dans cette couverture ? Non, ça doit être mon fanatisme qui m’emporte. Nous y reviendrons…

Parlons ensemble des Enfants de la Baleine (T01) (de son vrai nom : Kujira no kora wa sajô ni utau), par Abi Umeda, paru aux éditions Glénat en janvier 2016, série en 7 tomes actuellement au Japon.20140420021854fdd

  • Ce qu’en dit l’éditeur ?

« Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce.
À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde.
Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…
Inattendue et originale, cette histoire de science-fiction à tendance écologique ne manquera pas d’évoquer le manga Nausicaä, notamment grâce à son sens du détail absolument fabuleux. Ce titre a même reçu la double distinction du Kono manga ga sugoi 2015 : top 10 classement “fille” ET du classement “garçon” ! « 


(Ah bon, bah voilà, j’y reviens… même l’éditeur en parle, de Nausicaä… Je ne suis donc pas folle. Merci).


enfants_baleine_3

  • Un univers onirique incroyable d’une très grande richesse

Oui parce que bon, au final, dans ce premier tome (tome de mise en place, bien évidemment) on est projeté bille en tête dans un univers si différent du notre qu’on n’a pas le temps d’analyser. Tout est accepté. Ok, c’est comme ça que ça marche chez eux. Et c’est d’une évidence, d’une netteté. L’auteur arrive à nous faire accepter en 4 planches toute une diversité de règles, de concepts et de principes qui régissent les habitants de la Baleine de Glaise.

Et quel univers ! Si beau, si mystérieux, si somptueux. Pour un peu, si ce n’est les mystères de la solitude de cette « tribu », on en rêverait. Au moins une petite croisière ?

Et pourtant, cette nouvelle société si paisible en apparence, si harmonieuse regorge déjà de mystères douteux. Pourquoi le conseil des anciens garde-t-il secret certaines informations ? Pourquoi réprime-t-il si sévèrement ceux qui veulent « voir le monde » ? Qu’est devenu le reste de l’humanité ?

  • Une société de l’effacement de soi

Pour on ne sait encore quelle raison, les habitants de la Baleine de Glaise sont priés d’annihiler leurs sentiments. Joignez les doigts et serrez fort si l’envie de pleurer vous viens, si la colère monte ou si le désespoir s’empare de vous, où les dieux de la mort viendront vous prendre. Mais renier ses émotions, n’est-ce pas abandonner son humanité ?

Le premier tome de cette série laisse déjà apparaître de belles interrogations, (l’identité, le sentiment d’appartenance) et de belles problématiques (survivre en restant cloîtré ou bien vivre libre et tenter le diable, poser ou non les questions…). C’est sans doute pour cela que Glénat a choisi de classer ce titre dans leur collection de Seinen et non de shojo (étant donné la prépublication du manga au Japon dans le magazine de shojos Mystery Bonita).

  • Une fresque épique mêlée à un voyage intérieur

Et justement, notre jeune scribe, qui se bat pour ne pas ressentir la peine, la colère, la peur, tombe nez-à-nez avec une mystérieuse jeune fille qui ne semble rien ressentir du tout… Apathique, totalement. Loin du cliché vu, revu et rerevu du « personnage énigmatique et amnésique qui va bien faire avancer l’intrigue tout en longueur », nous faisons face au contraire à une jeune femme lucide, pleine de souvenirs, qui a du faire face à de terribles tragédies dont elle parle avec la plus grande facilité, puis qu’absente de toute émotion.

L’effet de miroir est terriblement accrocheur : d’un côté un jeune homme luttant contre ses émotions, de l’autre une jeune femme en proie aux siennes (qui resurgissent subitement)…

  • En bref, un énorme coup de cœur !

Je pourrais continuer indéfiniment à essayer de vous expliquer pourquoi vous devez absolument vous plongez dans cette fresque sublime : la beauté des illustrations (je n’avais pas eu de coup de coeur comme ça pour un coup de crayon depuis Bride Stories), la finesse des détails, la construction extrêmement crédible des personnages tous très attachants, le deus ex machina du tome 1, la féerie de l’univers, la délicatesse et la nostalgie sublime du narrateur… Enfin, vous avez compris !


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Les enfants de la Baleine (T01) – Abi Umeda – @Glenat_Manga »

    1. Ah vraiment, j’ai craqué sur la couverture, mais la délicatesse du traitement de sujet m’enchante réellement ! Sous couvert d’aventures et d’interrogations, il y a beaucoup de thématiques traitées… Une merveille !

      J'aime

  1. Je crois que l’auteure est une ancienne de Ghibli !

    Comme toi, ça faisait un moment que je n’avais pas eu un tel coup de coeur graphique en lisant ce tome 1. Et ces couvertures ! ❤ <3<3 Bref, j'ai adoré aussi, ainsi que la suite !

    Je pense que le classement seinen vient aussi des scènes de batailles qui ne sont pas vraiment tendres…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s