Pause Young Adult

Jungle Park – Philippe Arnaud – éditions Sarbacane

couv33888644Alors là, je suis bien embêtée. J’ai fait des pieds et des mains pour pouvoir lire ce roman auprès de mes collègues. J’ai en fait toute une montagne (d’autant que j’en ai entendu beaucoup de bien). Et malheureusement, la mayonnaise n’est jamais vraiment monté. Et pourtant, j’en ai lu beaucoup de bien…

Première petite déception de l’année. Je crois tout de même beaucoup en son potentiel, la couverture magnifique et étonnante m’a attirée automatiquement, le pitch est à la fois original et dans l’air du temps, c’était pour moi une lecture sûre… Et bien… je suis mitigée.

Il s’agit du premier roman de Philippe Arnaud que je lis et je suis désormais curieuse de lire La peau d’un autre ou encore Indomptables pour me faire une seconde opinion.

Parlons ensemble de Jungle Park, de Philippe Arnaud, publié aux éditions Sarbacane.

  • Ce qu’en dit l’éditeur

« 2050. Tout commence par un homme parachuté d’un avion. C’est un condamné à mort, dans un futur où on ne brûle plus les prisonniers sur les chaises électriques : on les « condamne à l’Afrique ». L’Afrique, en effet, est devenue un véritable continent prison gardé par des drones, et le dépotoir des déchets industriels occidentaux – un endroit où les condamnés ont toutes les chances de mourir dans l’heure… à moins qu’ils n’évoluent vers une de ces espèces mutantes  qui pullulent là-bas. Tony est ce condamné à mort : ancien directeur d’un parc d’attractions célèbre, riche et considéré, il a été injustement accusé de terrorisme. Par miracle, survit à la chute… pour entamer un long périple dans la jungle, entre enfer et rédemption.

Pendant ce temps, à l’autre bout du monde, la fille de Tony trouve la trace des auteurs du complot dirigé contre lui : elle compte bien sauver son père !

– Un flamboyant roman d’aventure fantastique, peuplé d’espèces mutantes et de cyber-vampires. »

  • Un monde anticipé ultra-connecté et capitalisé

Voilà une chose qu’on ne peut reprocher à ce roman : sa volonté de mettre en perspective les défauts de notre société occidentale et capitaliste. Ou, pour les jeunes lectures, comment les plus gros dévorent toujours les plus faibles. Et comment l’homme, en 2050, a complètement ruiné la planète et fait du continent africain la « déchetterie du monde », aussi bien sur le plan écologique (en y déposant tous les déchets radioactifs et polluants) que sur le plan humain (en y créant une zone de criminalité extrême dont personne ne peut s’échapper).

Et là, il y a de quoi faire plaisir aux jeunes lecteurs avides d’anticipation cybernétique ! Ils vont se régaler.

  • Une intrigue qui prend le pas sur l’ambiance : un roman qui va trop vite

On ne sait rien de l’Afrique de ce roman avant d’y voir un des personnages principaux y être injustement plongé. Le principe de cette découverte au fil de la lecture, bien que connu, est très sympathique et crée de la tension. Mais voilà, trop de tension et pas assez de détails… Pour ma part, l’immersion ne s’est tout simplement pas faite. Rien. Je n’ai rien ressenti. A mi-parcours, j’ai compris que Tony était en Afrique depuis déjà 2 mois (!) et l’intrigue n’avait toujours pas avancé et je ne savais toujours pas comment était l’Afrique.

Du côté de Joannie et du monde « occidental de 2050 », l’atmosphère générale est beaucoup plus accessible, car référencée dans un univers que nous comprenons, on peut donc plus facilement (avec le peu d’explications lâchées ça et là par le narrateur) calquer notre réalité à ce monde futuriste. Oui. Mais là encore… Pas accroché.

Et encore une fois, il s’agit de ma perception du roman. Je comprends tout à fait que d’autres aient réussi à s’y plonger, à nager à corps perdu dans cet univers alarmiste.

  • Un roman qui peut séduire les plus jeunes mais qui manque de maturité

Oui, j’en conviens avec plaisir, ce livre est une très bonne lecture pour les jeunes. Mais uniquement les jeunes. L’éditeur nous précise « à partir de 13 ans ». Et selon moi, les qualités de ce roman (son originalité, la mise en perspective des défauts de notre société, le warning accablant du réchauffement climatique et de la pollution de la planète) sont accessibles à des adolescents, mais inabouties pour des lecteurs plus sévères, plus habitués, quand bien même ils seraient adolescents (les lecteurs de 15-16 ans savent être très critiques).

Car pour un public plus initié au genre, ce roman manque. Il manque de détails, de finitions, d’approfondissement, bref, de maturité. En tout cas, à ma petite échelle, c’est ce qui a terni toute ma lecture.

  • Une écriture étonnante qui n’a cessé de m’agacer

Et puis, sincèrement, certains tics d’écriture m’ont vraiment, vraiment gênée.
–> « Ca fait une paire d’années que tu n’es plus une petite fille ». Alors là, non. Je suis navrée, quand bien même Philippe Arnaud aurait des anglicismes latents d’un voyage ou d’un séjour prolongé dans un pays anglophone, il y a quand même derrière lui minimum un éditeur, un correcteur et des proches pour mettre en lumière ce barbarisme. Il ne s’agit pas d’un jeu de mot glissé dans le roman… Il s’agit d’une tournure grammaticale anglaise (a couple of years) calquée en français. Non. Pas dans un roman pour les p’tits lecteurs qui doivent encore se faire les dents.

–> De même, j’ai été très gênée par la vulgarité latente du roman. Sans être prude, j’estime tout de même que la littérature young adult doit proposer autre chose. Alors les « putain, tu fais chier », les « je t’emmerde » et les « connards » à longueur de roman (à partir de 13 ans)… Mouais. Non.

–> Pour finir, le roman est truffé de phrases anglaises, très américaines, qui ont eu le mérite de me faire rire en repensant à mes petites séries (HIMYM, Friends…). Mais voilà, je ne suis pas certaine que les jeunes lecteurs prennent le même plaisir que moi. « Introducing Serena ». Moi, cela me fait sourire. Mais en sera-t-il de même pour le gamin de 5e à qui je conseillerai ce roman ? Pas sûre et certaine. Quelle est donc la vraie cible de ce roman ?

Et voilà, c’est très agaçant car finalement, l’écriture est fluide, rythmée, ultra-rapide, prenante et ce roman a les capacités d’être une tuerie.

  • En bref, un roman très bon pour les jeunes, peut-être un peu décevant pour les plus aguerris

Je conclue en comprenant parfaitement ce qui a pu plaire dans ce roman ultra-rapide, ultra-connecté, ultra-ultra… Mais je n’ai pas accroché et j’ai même été agacée par certains passages. Voilà, tout de même un peu gênant de l’exprimer ici, d’autant que j’adore soutenir les auteurs français qui prennent la peine d’écrire pour la jeunesse, mais voilà, je préfère être sincère, quitte à provoquer quelques inimitiés.

Je conseillerai ce roman à de jeunes lecteurs, pas forcément férus de littérature, qui ont envie de s’évader, de s’éclater avec une histoire originale et bien menée. Quant à mes petits habitués qui dévorent sans cesse, je leur en parlerai, tout en restant honnête.


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Publicités

4 réflexions au sujet de « Jungle Park – Philippe Arnaud – éditions Sarbacane »

  1. J’étais pas mal tentée par ce livre, comme tu le dis en plus j’en avais également entendu beaucoup de bien jusque là. J’imaginais le genre lecture assez facile mais ce que tu en dis… yeesh, je ne suis plus vraiment tentée. Ce sont là typiquement les genres de défauts d’un roman qui me font lever les yeux au ciel, même si parfois accompagnés d’un petit rire, parce que c’est gentil comme défaut, mais ça agace quand même. Merci pour ton avis sincère, je crois que je m’évite une lecture finalement assez plate !

    J'aime

    1. Merci Amélie. Il ne s’agit bien entendu que de ma lecture et mon avis sincère. Encore une fois, je peux être assez sévère pour ce livre destiné aux adolescents. Mais c’est aussi vrai que quand je le compare à d’autres écrits destinés aux mêmes lecteurs, mon avis reste inchangé. 🙂

      PS : je viens par exemple de dévorer Miss Peregrine à tel point que je vais de ce pas me précipiter en librairie pour prendre le tome 2.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s