Challenges·Faites le tour du monde·Halte en prose

Mes contes de Perrault – Tahar Ben Jelloun – Le Point – Challenge Faites le tour du Monde

faitesletourdumonde2J’ai découvert ce livre suite à la création du Club de Lecture de Croque les Mots : Faites le tour du monde. Alors, petit aperçu de ma carte du monde (créée grâce à Livraddict). Je dois dire que je suis assez contente : tous les continents sont représentés, non ?

mai 2016 carte

Bref, pour le mois de juin, nous travaillons l’Afrique ! Et je n’ai pas attendu la sélection officielle pour commencer (Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie), car dès que j’ai vu Mes contes de Perrault, de Tahar Ben Jelloun, et surtout que ce monsieur était né à Fez, ville adorée de ma famille de pieds noirs, j’ai lâché les chiens, tout simplement.

9782757855867_1_75

  • Ce qu’en dit l’éditeur

« L’auteur de L’Enfant de sable et de La Nuit sacrée (Prix Goncourt 1987) est un grand familier de la tradition des contes et légendes, lui qui puise dans les rites et les mythes ancestraux une bonne partie de sa matière romanesque. Et c’est avec une évidente gourmandise qu’il a entrepris de réécrire dix contes de Perrault (Riquet à la houppe, Le Petit Poucet, Barbe-Bleue, La Belle au bois dormant, Les Fées, Le Chat botté, Peau d’âne, Le Petit Chaperon rouge, Les Souhaits ridicules et Cendrillon) en les installant dans un contexte  » arabe et musulman « , en les orientalisant en quelque sorte. La réussite est totale. Surprises en tous genres, clins d’œil et savoureux rebondissements sont au rendez-vous. Pour le plus grand plaisir des petits et des grands.« 

  • Petite leçon d’humanité

Même si, dans sa préface très bienvenue, Tahar Ben Jelloun explique sa volonté à ne pas écrire stricto sensu de moralité à la fin de ses contes de Perrault, on retrouve tout de même tout le long de ses réécritures de nombreuses petites leçons de morale très bien dosées. Elles sont de véritables « coup de gueule » à peine dissimulées et elles offrent de nombreuses ouvertures modernes.

Et pour vous donner une idée du ton apporté aux contes classiques de notre enfance, petite citation de la préface :

« j’ai pris la liberté d’orientaliser ces contes, c’est-à-dire d’y mêler des épices et des couleurs issues d’autres pays, d’autres imaginaires. Et si j’ai choisi de les situer dans des pays arabes et musulmans, c’est aussi parce qu’il est temps de dire ces pays autrement que sous le signe du drame et de la tragédie, autrement que dans un contexte de fanatisme, de terrorisme et d’amalgame. Ce qui n’exclut pas, bien entendu, la critique de la société et la mise à l’index de ses incohérences et de ses hypocrisies. »

On a vraiment envie d’en discuter immédiatement avec l’auteur. Des tonnes de questions naissent au fur à et mesure de la lecture. Cette fenêtre sur le monde contemporain depuis l’univers médiéval des contes européens est intrigante et terriblement efficace.

  • Les femmes : au cœur des contes modernes

Chacun des 10 contes de Tahar Ben Jelloun mériterait une dissertation sociologique, tant le traitement de la place des femmes dans la société, qu’elle soit laïque ou religieuse est disséquée et analysée. Et vous savez sans doute désormais que je suis toujours très sensible à cette orientation littéraire. Que de beaux messages universels, que de beaux souffles d’espoir. Ah ! Comme cela fait du bien autant d’intelligence et de malice. J’adore !

  • Une petite mise au point sur la religion

Alors là, référence principale à faire sur La petite à la burqa rouge et Petit Poucet. J’ai été particulièrement sensible au traitement de ces deux contes. Encore une fois, Tahar Ben Jelloun est d’une finesse et d’une malice incroyable, il remet les choses à leur place avec une étonnante facilité : « mais oui ! C’est aussi simple que cela ! ».

Et parce que je suis dans ma série citation :

« Soukaïna ne voyait que d’un œil, l’autre étant caché par un pan de la burqa. C’était ainsi que les femmes devaient se couvrir pour ne pas s’attirer les foudres des horribles barbus. Elle marchait donc en regardant par terre et priait Dieu qu’il fît en sorte qu’elle échappât aux contrôles, car les barbus occupaient la ville après avoir mis en échec les troupes de police et de gendarmerie. Ils quadrillaient désormais le pays, dressaient des barrages ici et là, imposaient leurs lois et semaient la terreur. L’agent de la drogue leur avait permis de se procurer des armes et de s’assurer des moyens de communication efficaces. Les gens de l’ancien régime s’étaient exilés, abandonnant le pays et son peuple à ces bandes de criminels. » (La petite à la burqa a rouge)

  • En bref

Je vais garder précieusement ce petit livre, moi qui adore les contes et leur interprétation moderne, afin de m’y replonger de temps à autre avec délectation. Et sa lecture et si agréable et rapide que je le conseille à tous sans aucune hésitation !


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mes contes de Perrault – Tahar Ben Jelloun – Le Point – Challenge Faites le tour du Monde »

  1. Un livre qui me tentait beaucoup dans la sélection de Cassandra 🙂 je pense le lire un jour ! Puis j’adore les réécritures de contes et celui la a l’air très intéressant ! ^__^
    Americanah me tente beaucoup ! Par contre c’est un beau pavé, j’ai déjà deux lectures communes de prévues en juin, je ne pense pas que je pourrais le caser pour ce mois ci mais c’est clair que je le lirais, j’en entend tellement de bien !
    J’ai mis un nouvel article hier, je ne sais pas si tu as eu le temps d’y passer 😀

    Bisouus !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s