Pause Young Adult

Les mystères de Larispem – Le sang jamais n’oublie – Lucie Pierrat-Pajot – Gallimard Jeunesse

Lauréat de la deuxième édition du Concours du Premier Roman Jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, Télérama et RTL, à la suite de Christelle Dabos et de son très très connu Les fiancés de l’hiver (quelle honte ! Je ne l’ai toujours pas lu), le roman Les mystères de Larispem s’est imposé en lecture incontournable pour moi.

Et il faut bien le reconnaître, rien que la couverture (en plus du bandeau très accrocheur et prometteur de Gallimard) a tout pour nous séduire ! Mais ce qui a fini de m’achever, c’est le résumé, très malin, de la 4e couverture, qui nous invite dans un univers alternatif riche, original et surprenant…

J’ai beaucoup, mais alors beaucoup apprécié ce roman. Je l’ai littéralement dévoré. En revanche, j’ai tout de même certains regrets, mais qui ne dissuaderont je l’espère personne de donner sa chance à ce petit bol d’air frais steampunk !

Parlons donc plus sérieusement : Les mystères de Larispem – tome 1 Le sang jamais n’oublie, écrit par Lucie PierratPajot et illustré par Donation Mary, publié par Gallimard Jeunesse en avril 2016.

Gallimard Jeunesse vous invite d’ailleurs à découvrir le premier chapitre ici.

A59980

  • Ce qu’en dit l’éditeur

« Larispem, 1899.
Dans cette Cité-État indépendante où les bouchers constituent la caste forte d’un régime populiste, trois destins se croisent… Liberté, la mécanicienne hors pair, Carmine, l’apprentie louchébem et Nathanaël, l’orphelin au passé mystérieux. Tandis que de grandes festivités se préparent pour célébrer le nouveau siècle, l’ombre d’une société secrète vient planer sur la ville. Et si les Frères de Sang revenaient pour mettre leur terrible vengeance à exécution ?

Maraudeuses, sabotages d’automates, livre indéchiffrable : au fil des ruelles de Paris se dessine un monde rétro-futuriste captivant. Un premier tome qui révèle le talent d’un nouvel auteur. »

  • Un univers achronique riche et très enthousiasmant

Rien à dire ! C’est splendide. Cette idée de faire vivre la Commune plus loin, de pousser le steampunk à un univers politique, c’est grandiose et ultra prenant. Le contrat est passé avec le lecteur avec une belle maîtrise. On comprend où on est et on accepte les variantes immédiatement et sans aucun heurt.

Paris, après la Commune, une ville rebaptisée Larispem en louchébem (l’argot des bouchers que j’avais personnellement déjà un peu découvert grâce aux reportages simplistes de la nuit – oui, ceux que l’on regarde dépité mais intrigué en cas d’insomnie). Toute la ville (désormais indépendante de France) est transformée dans un mouvement de modernisation (sociale, industrielle et politique) et les bouchers règnent en maître en terme d’estime, de pouvoir et de renommée. Voilà ! Si là déjà vous n’êtes pas intrigués, je ne sais plus trop quoi dire…

  • La sensibilité et la fragilité littéraire d’un premier roman

Quelques lourdeurs assomment tout de même mon enthousiasme. C’est vrai que c’est un premier roman, que l’univers à lui tout seul est si prenant que le lecteur « avisé », ou disons « adulte » peut fermer les yeux, mais tout de même, quelques tiques d’écriture m’ont un peu refroidie. C’est d’ailleurs la fragilité de l’écriture, ou du moins ce manque de constance qui m’a empêché d’un faire un coup de cœur absolu. Peut-être suis-je trop sévère, c’est tout de même très agréable à lire, enrichi de vocabulaire d’époque très bienvenu, mais ce premier tome aurait vraiment mérité d’être retravaillé plus en profondeur avec ses éditeurs.

Les passages clefs de l’intrigue (la découverte de Nathanaël, les péripéties de Liberté, pour ne spoiler qu’un minimum) auraient vraiment mérité beaucoup plus de finesse. Je sais bien que c’est très facile pour moi d’émettre ce jugement et qu’il m’est personnel, mais j’attends quand bien même de belles remontées pour le tome 2.

  • Des atouts à n’en plus finir

Alors oui, je viens d’expliquer qu’en termes de littérature pure, ce livre m’a un peu déçue, mais ce n’est rien comparé à tout ce pourquoi j’ai été complètement enthousiaste !

–> Énorme coup de cœur pour le personnage de Liberté. Cette jeune fille ronde qui provient d’une campagne décalée, qui tente de trouver sa place dans un monde qui bouge sans cesse et qui est passionnée par la mécanique. Wouaw ! Ne parlons plus de cliché !

–> De la culture, en voulez-vous ? En voilà ! Que cela soit parce que ce roman pour adolescents se fonde sur une période historique trop souvent zappée ; ou bien parce que le titre lui-même fait appel aux Mystères de Paris (roman français publié en feuilleton par Eugène Sue dans Le Journal des débats entre 1842 et 1843) ; ou encore la surexposition de Jules Verne comme pillier de la nouvelle société (dans laquelle la tour Eiffel est à Lyon et remplacée à Larispem par la Tour Verne)… Tout est là pour nous faire sourire, comme de petites touches de couleur vive dans un tableau pastel. J’adore !

–> L’univers ? Une vraie boucherie ! Quelle plaisir de mettre la main au couteau avec Carmine… Quel bonheur de découvrir une partie de notre patrimoine (encore une fois, dans un livre adressé à un jeune public, c’est remarquable). De quoi ensuite s’amuser en louchébem avec les représentants commerciaux ou les clients de la libraire. Top. Et ce postulat est tenu tout le long du roman, jusqu’à la monnaie de Larispem qui se compte désormais en Taureau et mouton… Très malin !

–> Un univers et un scénario qui nous font de belles promesses et une envie apparente et flagrante de nous faire voyager, de nous divertir. C’est vraiment ce qui ressort de ma lecture et cela pardonne toutes les petites failles que j’ai évoquées.

  • Un très bel objet qui participe à l’émerveillement

Oui, encore une fois, impossible de passer outre les détails de fabrication. Cette couverture est splendide, comme un fronton, un résumé. Et les illustrations de Donation en début de chapitre sont très bienvenues et participent à la construction d’un environnement steampunk crédible.


En bref, ce roman est une très belle découverte et une lecture très agréable. J’en parlerai longtemps en librairie et j’espère qu’il trouvera son public (même s’il est difficile d’en douter).


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Publicités

9 réflexions au sujet de « Les mystères de Larispem – Le sang jamais n’oublie – Lucie Pierrat-Pajot – Gallimard Jeunesse »

  1. Très bel article, et j’aime beaucoup ta façon d’écrire ! Quand à la passe-miroir, je ne peux que te conseiller d été jeter dessus ! C’est à vraiment été un gros coup de cœur pour moi, comme j’en ai malheureusement peut eu depuis « Harry Potter » et « à la croisée des mondes », difficile à lâcher et à sortir de la tete une fois terminé. Je n’ai qu’une hâte, retrouver la suite !

    J'aime

    1. Merci beaucoup !
      Oui, il faut absolument que je lise les deux livres de Christelle Dabos… J’avoue honteusement avoir eu « peur » de la taille des pavés, mais oui, oui ! C’est prévu. Ils sont dans mon book jar, faut laisser faire le tirage au sort. 🙂

      On a tous expérimenté le « après Harry Potter », et encore aujourd’hui des petits jeunes qui ont une période creuse et les mamans en magasin qui veulent pallier ce manque… hinhin

      J'aime

    1. Dès que tu as le temps; n’hésite pas ! Je pense que comme moi, tu seras un peu stoppée en milieu d’ouvrage, mais en y réfléchissant, tu replongeras la tête la première. Ça reste un roman « ado », mais de très grande qualité !

      J'aime

  2. Chouette article! Ca me donne envie de lire le reste de ton blog. Et par rapport au bouquin, ça me tenterait bien! En tout cas la couverture, rien à dire, elle en jette. Là pour de l’univers Vintage-Steampunk on est servit et ça fait du bien! A voir pour le livre mais beau boulot pour l’article!

    Aimé par 1 personne

  3. Chouette article ! Ca me replonge vraiment dans ce roman pour lequel j’attends le tome 2 avec impatiente ! J’ai trouvé que c’etait vraiment une bonne idée de nous plonger dans cette époque en ajoutant un petit côté fantastique ! En plus des personnages attachants qui sortent de l’ordinaire et de la richesse des idées, que demander de mieux ? 🙂

    J'aime

    1. Hi ! Je suis bien d’accord avec toi. J’attends le tome 2 avec impatience. Je ne suis pas très très attachée aux personnages, que je trouve assez lisses pour l’instant, mais l’univers m’a totalement conquise. 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s