Lire en communauté·Vie de libraire (VDL)

Dissection détaillée d’une lectrice

Blog Vio' 2 [174304]

Trois mois après avoir publié cet article, je décide de m’en servir comme d’une page de présentation.

Bienvenu à toi, qui as cliqué sur mon avatar… Tu vas pouvoir en apprendre un peu plus sur ma toute petite personne.

* * *


Je vous l’ai déjà dit, mais j’adore mon métier. Hier, en librairie, un samedi de milieu de vacances scolaires (autant vous dire que c’était plutôt « mamie/papy/maman fatiguée » et autres clients vitesse V), j’ai eu le plaisir de faire une belle rencontre : la cliente avec qui cela fusionne ! On échange, on discute, on s’extasie. Un petit rayon de soleil dans cette journée mouvementée où il était plus question de lectures prescrites par l’école que de réels conseils de libraire.

Alors, on ne s’arrête pas là avec mademoiselle. Discrètement et timidement, je lui glisse un « si vous êtes présente sur la toile, on peut discuter sur nos lectures ! ». Et paf. 


Alors pour répondre au souhait de PonyoPonyo, je vous parle des 10 livres qui ont marqué mon parcours de lectrice. Oui, alors ce n’est pas tout à fait le « top 10 de mes livres de tous les temps », parce que ce classement à une tendance à évoluer à la vitesse de la lumière. Et des livres qui y étaient il y a 5 ans n’y sont plus aujourd’hui.

En revanche, les livres qui m’ont marqué, l’ont fait ad vitam eternam. Ce classement n’est pas ordonné selon une logique « meilleur au pire », mais plutôt chronologiquement. Je vous propose de traverser les âges, depuis LE LIVRE d’enfance, jusqu’à nos jours.


  • 1) Harry Potter – année de lecture : approximativement 1999

Oui. Bon. Oui.
Je suis une Potterhead. Je suis née en 1989. C’est inévitable. Je ne vais pas vous expliquer pourquoi, ce serait vous insulter. J’ai connu un grand vide après cela. Difficile de passer après HP.

3109470751_1_2_dvi5jf7j

Mais disons que cela a donné suite à de nombreuses lectures du genre, parmi lesquelles on retrouve La quête d’Ewilan (petite dédicace au passage) ; L’Epouvanteur, Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire, les Lumina (aujourd’hui en arrêt de commercialisation, à mon plus grand regret)… et bien d’autres. Ici à commencé ma frénésie de lecture.

  • 2) Thorgal, de Rosinski et Van Hamme – année de lecture : approximativement 2002

Je suis très jeune. J’ai pris l’habitude de vider la bibliothèque de ma mère et je découvre alors la bande dessinée « adulte ». Thorgal Aergirsson (que je ne n’ai jamais cessé d’appeler Agrisson, défaut de dyslexique), est le premier homme que j’ai vraiment aimé.

thorgal14b_23022008_100627

S’en suivent de splendides bandes dessinées, une belle aventure qui continue encore avec passion : Aria, Lanfeust de Troy, Sky Doll, pour ne citer que celles-ci. J’ai conscience d’insulter « les vrais fans » en réduisant cette liste, mais par manque de temps et pour ne pas écrire un véritable roman en faisant cette dissection, je ferai un top BD avec plus de cœur dans peu de temps.

  • 3) Germinal, d’Emile Zola – année de lecture : 2004

Je suis en seconde. J’aime lire, oui. Mais de la littérature jeunesse. Je ne me suis encore jamais aventurée du côté obscur de la littérature. Et voilà que ma professeur de français (dont j’ai désespérément oublié le nom) organise le procès de Lantier. Chaque élève doit se faire l’avocat d’un des personnages de Germinal. J’emprunte alors la vieille édition de ma mère, cartonnée, reliée de cuire et possédant les magnifiques lithographies « d’antant ».

250px-gil_blas_-_germinal

Et là, une claque sidérale ! Une grande histoire d’amour entre moi et le XIXe siècle se forme. Je me passionne pour la littérature « classique », j’explore d’autres siècles (Racine !), d’autres courants (Boris Vian !), d’autres pays (Austen !), j’en veux toujours plus. Je décide d’en faire mon métier. Plus tard, je travaillerai dans les livres.

  • 4) L’Assassin Royal, de Robin Hobb – année de lecture : 2006

C’est le printemps. Je suis en première S. Loin des livres. Je sors d’une longue période de maladie. Je n’ai rien lu depuis longtemps, incapable de rester éveillée pour quoique ce soit. Décidée à reprendre le cours des choses, je fonce dans la bibliothèque de ma mère (qui n’est alors alimentée que par les Folio SF. Mais si, vous savez, que des tranches argentées !) et je prends le premier tome d’une saga au hasard.

assassin-royal-saga

Troisième révélation. Troisième énorme claque. Je découvre la fantasy chez les adultes. Je ne vous fais pas l’affront de vous présenter cette saga devenue emblématique… Mais si vous ne l’avez pas lu (là encore, petite dédicace), il faut y remédier.

S’en suivent des dizaines de lectures toutes plus passionnantes les unes que les autres : Le Seigneur des Anneaux (évidemment), La ballade de Pern, la Belgariade, L’épée de vérité, La romance de Ténébreuse (bon ok, SF, mais…), tous les livres de Barjavel, Le secret de Ji, les Kushiel… Une grande histoire d’amour qui n’en finit pas.

  • 5) NANA, de Ai Yazawa – année de lecture : flou. Fin de collège/début de seconde

Comme tous les adolescents de mon âge, je découvre la culture japonaise via les animés alors diffusés le mercredi après-midi et les mangas qui font plus ou moins surface dans les librairies. Histoire fusionnelle d’amitié dans ma vie, intense partage et amour inconditionnel, je découvre avec mon amie le manga NANA.

Et plus jamais je ne l’oublierai.

nana1

S’en suivent d’incroyables découvertes et histoire d’amour. J’aime les mangas. Je ne peux pas tous les lister pour exprimer cette passion, mais NANA et Fruits Basket en sont les déclencheurs.

  • 6) Parfum de Glace, Yoko Ogawa – année de lecture : 2006

Je suis toujours en première S. Je me rends toutes les semaines à la bibliothèque municipale (en plus de fouiner dans celle de ma mère) et je décide de faire le tour de l’alphabet.

Arrivée à la lettre O, je prends par hasard ce roman qui débutera la grande histoire d’amour que j’entretiens avec l’oeuvre de Yoko Ogawa. Là encore, je ne vous la présente pas, tout simplement car ce sera l’objet d’un prochain article.

ogawa-yoko-parfum-de-glace

Je découvre la littérature asiatique (un de mes péchés mignons). S’en suivent des lectures fabuleuses : Le musée du silence, de Yoko Ogawa, en bref, toute l’oeuvre de cette auteure, les deux Murakami (Ryu (mais attention, Les bébés de la consigne automatique, il faut être averti) et Murakami avec notamment la course au mouton sauvage ou encore la ballade de l’impossible), etc.

  • 7) Ensemble, c’est tout, de Anna Gavalda – année de lecture : 2007

Je suis en terminale S. Je m’inscris en classe préparatoire. J’ai la pression. Je ne lis plus grand chose de long : « j’ai pas le temps ». Je galère avec mes cours (j’aime pas ça !) et bon, je suis lycéenne. Je sors beaucoup, je fais énormément de sport (judo et handball en compèt.). Alors mes lectures sont plus « blanches ». Et je n’en demande pas plus. Mon entourage l’a bien compris. Et mes parents m’offrent tour à tour Je l’aimais, Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part et Ensemble, c’est tout.

978-2-84263-085-0

Ensemble, c’est tout, c’est LE premier livre à me tenir éveillée de la première page commencée après le repas de Noël à la dernière des heures plus tard (ou plus tôt le matin). Un vrai coup de cœur. Une identification immédiate. Je ne saurais l’expliquer, mais je le ferai dans un prochain article. En bref, je découvre la littérature blanche et les bienfaits qu’elle apporte.

  • 8) Kushiel, de Jacqueline Carey – année de lecture : 2010

Mes classes préparatoires sont passées. Paradoxalement, une période où j’ai lu à ne plus savoir lire, j’ai nourri ma culture, mon intuition, mon attention, mon cerveau, mais j’ai beaucoup de mal à ne retenir qu’un seul ouvrage. J’ai été marquée par tant de choses que je ne peux pas chroniquer cette partie de ma vie.

Je suis en licence de Lettres Modernes. Je m’ennuie un peu. Alors je me replonge dans la fantasy. Et je tente un ouvrage à la couverture racoleuse chez Bragelonne (comment ça, comme toujours ?). Et je n’arrêterai plus d’en parler depuis cet instant.

livre-la-marque-432-1

Un bijou. Un joyau. Un OVNI (à l’époque). SUBLIME. Difficile d’en parler sans tomber dans les clichés de la fantasy « de bas étage » (pardonnez-moi l’expression). Mais voici bien l’exemple même du livre qui mérite que l’on dépasse les clichés liés au genre.

9) Le chœur des femmes, de Martin Winckler – année de lecture : 2013

J’ai fini mes études. Master d’édition en poche. Je suis assistante éditoriale. Mais pas en littérature. En vie pratique. C’est un métier passionnant, mais un univers qui ne me convient pas.

Après 2 ans, je suis au chômage. L’univers est rude, les CDD s’enchaînent. Je deviens lectrice/correctrice indépendante auto-entrepreneuse. Je vis une splendide collocation, pleine d’échange et de rires avec mon amie d’enfance. Elle, engagée, vivante et parisienne, me fait découvrir un homme. Martin Winckler. Médecin, homme de cœur, écrivain de génie. Je lis d’abord En souvenir d’André qui me double-quick la face. Puis j’attaque son chef d’oeuvre.

41ei2vo65jl-_

N’attendez pas que je vous en parle dans un article (oui, c’est prévu). Non. Foncez. Juste un point c’est tout. Foncez. Et venez me dire ce que vous en avez pensé. Si cette merveille ne se retrouve pas dans votre wish-list ou votre PAL ou même votre book jar ce soir, c’est que j’aurai loupé ma mission. J’insiste.

  • 10) Fables, de Bill Willingham – année de lecture : 2014

J’ai changé de vie. Quitté la région parisienne (région d’enfance) et adopté la Gironde. Je suis à Bordeaux.

J’ai changé de métier. Fini l’édition, bonjour la librairie. Je revis.

J’explore les rayons de mes collègues et je découvre alors le « comics ». Oui, mais un vrai rayon comics. Avec un collègue formidable qui m’explique ses coups de cœur, ses déceptions, les grandes lignes… Et là, je comprends que le genre comics, ce n’est pas que des super-héros (soyons clair, j’aime beaucoup, mais cela n’a pas changé ma vie de lectrice). Non, c’est aussi de très belle histoires originales et épiques.

Alors je lui fais confiance et tombe encore une fois dans le terrier.

banner_fables

Et toute la fascination que j’ai toujours ressentie pour les contes de fée, les fables de mon enfance, la dimension adulte et psychologique des récits emblématiques de la jeunesse se retrouve alors matérialisée dans une oeuvre gigantesque et splendide !

S’en suivent des découvertes fabuleuses : Saga, Y le dernier homme, The walking Dead, pour ne citer que ceux-ci.

Je suis bien embêtée, mais je vais devoir encore une fois écrire « je vous en parlerai plus longuement dans un prochain article ». Mais oui. C’est la stricte vérité. Tous ces ouvrages le méritent tellement. Ils méritent des livres !


C’est ainsi que s’achève cette longue, très longue dissection. Merci à vous de l’avoir lue jusqu’au bout. J’espère vous avoir donné envie de découvrir ces livres qui m’ont construite et qui ont fait de moi la lectrice que je suis aujourd’hui.

Mon objectif est maintenant de chroniquer chacun d’entre eux (à l’exception d’HP, quand même). Pour finir de vous convaincre !

Advertisements

8 réflexions au sujet de « Dissection détaillée d’une lectrice »

  1. Très bel article !
    Harry Potter, évidemment ❤ même si j'aurais voulu découvrir les tomes plus jeunes mais comme on dit mieux vaut tard que jamais !
    Nana j'aimais beaucoup aussi. FRUIT BASKET ❤ pfiou ce manga ! qu'est ce qu'il a pu me faire pleurer ! Je l'ai relis il y a deux ans. Je pense me le relire prochainement car c'est un manga qui fait du bien !
    La quête d'Ewilan ❤ un véritable trésor !

    Aimé par 1 personne

  2. Mmmh, tu me tentes avec Fables ! J’ai encore jamais essayé les comics, et j’ai peur que les super-héros soient un peu « lourds » pour débuter.

    J’adore comme le hasard peut avoir une grande importance dans nos choix de lecture. J’ai l’impression que les lectures qui nous marquent le plus sont celles sur lesquelles on tombe un peu au hasard : une couverture ou un titre qui nous intrigue, choisir un dos au pif dans le rayon d’une librairie ou sur l’étagère de quelqu’un… Au final c’est comme si c’était elles qui nous choisissaient, et non l’inverse. J’aime beaucoup le titre de ton article, « dissection détaillée d’une lectrice » haha, je le trouve très drôle et à la fois criant de vérité : je suis sûre que si on me disséquait, on verrait les livres qui m’ont marquée moi aussi.

    Contente de découvrir ton blog! 🙂

    J'aime

    1. Merci beaucoup Marion. C’est vrai qu’en l’écrivant, j’ai eu l’impression d’en dire beaucoup sur moi… de regarder dedans. D’où la dissection 🙂

      Fables, c’est une merveille. La série est longue en revanche et tu voudras aussi lire les préquelles mais ça en vaudra la peine !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s