Morwenna - Jo Walton - Folio SF

Enfin ! Ce roman, je l’ai acheté auprès de son autrice aux Imaginales 2017 et j’ai enfin réussi à le lire. Ce fut une expérience très sympathique et qui m’a permis de belles réflexions.

 

* * *

J’ai lu ce roman en lecture commune avec Justine Shel, ce qui était vraiment chouette pour me motiver, car j’ai vécu quelques passages à vide pendant ma lecture, aussi bien dans la vie (maladie de changement de saison : bonjour !) que dans mon envie d'avancer dans la lecture. Mais lire à deux, ou à plusieurs est définitivement un mouvement que j’adore !

Parlons ensemble de Morwenna, de Jo Walton, paru dans mon édition chez Folio SF et initialement chez Denoël, traduit de l’anglais (pays de Galles) par Luc Carissimo.

Ce qu’en dit l’éditeur

Morwenna Phelps, qui préfère qu'on l'appelle Mori, est placée par son père dans l'école privée d'Arlinghurst, où elle se remet du terrible accident qui l'a laissée handicapée et l'a privée à jamais de sa sœur jumelle, Morganna. Là, Mori pourrait dépérir, mais elle découvre le pouvoir des livres de science-fiction. Delany, Zelazny, Le Guin et Silverberg peuplent ses journées, la passionnent. 
Un jour, elle reçoit une photo où sa silhouette a été brûlée… Que peut faire une adolescente de seize ans quand son pire ennemi, potentiellement mortel, est sa propre mère? Elle peut chercher dans les livres le courage de combattre. 

Ode à la différence, journal intime d'une adolescente qui parle aux fées, Morwenna est aussi une plongée inquiétante dans le folklore gallois. Ce roman touchant et bouleversant a été récompensé par les plus grands prix littéraires du genre : le prix Hugo, le prix Nebula et le British Fantasy Award.

Un journal intime très touchant

Ce roman est immersif, c’est là sa grande qualité. Nous plongeons nez bouché dans les pages du journal intime d’une jeune adolescente galloise des années 1980, réfugiée pour raison familiale dans un internat chic de jeunes filles en Angleterre. Nous suivons son dépaysement, son adaptation claudicante (la demoiselle souffre d’un handicap à la jambe), le deuil qu’elle doit vivre, les premiers élans physiques et amoureux, mais aussi et surtout : sa passion pour la littérature de science-fiction. Autant vous dire qu’à la sortie de ce roman, il est très difficile de se retenir en librairie spécialisée !

Quand la fantasy est au service de l’apprentissage

Notre héroïne voit sa vie envahie par la magie : ce qu'elle lit au quotidien (Tolkieeeeeeen). Le motif de la fantasy ici, je l’ai perçu comme un magnifique prétexte au deuil et une merveilleuse illustration du pouvoir de l’imagination. Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser au Labyrinthe de Pan, film réalisé par Guillermo del Toro. Cela dit, là encore, l’autrice va un chouilla trop loin à mon goût. Placer le personnage de la mère de Morwenna comme une sorcière diabolique qui n’a qu’un but : détruire le monde, tout en conservant ce thème en arrière-plan flou et secondaire, c’est ridiculiser la dimension métaphorique du petit peuple qui accompagne Morwenna dans son deuil. Un peu trop, c’est déjà trop pour moi.

Cela étant dit, vraiment, la dimension fantasy offre de splendides réflexions, des pensées qu’il fait bon de noter : l’amour est une forme de magie, la tolérance aussi.

« Faire c’est faire.

Cela veut dire sur peu importe que ce soit de la magie ou non, tout ce que vous faites à du pouvoir et des conséquences qui affectent les autres ? Parce que ça pourrait bien être le cas, mais je pense toujours que la magie est différente. »

Houla ! Quelque fois, ça coince méchamment.

Ce que je regrette profondément, c’est que de par le jeune âge de la narratrice et la manière qu’elle a de se livrer à son journal (en partant sans doute du principe que personne ne la lira), le roman nous propose quelques fois des réflexions franchement pas folichonnes, voire clairement naze. C’est compréhension, mais il aurait alors fallu qu’à un autre moment dans le roman, ces réflexions soient remises en cause ou bien évoluent suite à une réflexion.

Je souhaitais vous partager quelques exemples de ces réflexions pas tip-top, afin que vous puissiez comprendre où je veux en venir. Ils ne gâcheront pas votre intrigue mais relèvent tout de même du spoil. Vous voilà prévenus.

Je précise que les guillemets ne concernent pas des citations, mais des résumés.  Je le fais  pour vous exposer la manière dont moi j’ai ressenti ces passages.

SPOILER !

- le fameux passage du "mon père a essayé de coucher avec moi, mais bon, c’est pas grave, on n’est pas si proches, faut que je sois ouverte au sexe mais là j’avais pas envie" : NON ! C’est une tentative de viol et d’inceste, ça ne doit pas être abordé à la légère.

- "chez Platon, c'était une vie incroyable" : Non plus…

- "les douches d'internat, c'est le paradis des lesbiennes" : sans commentaire…

FIN DU SPOILER !

Conclusion : un roman complexe intéressant mais qui peu décevoir

Voilà pourquoi je suis mitigée. Ma lecture fut agréable et fluide, je ressors le cœur empli de références littéraires avec une seule envie : me ruer à la bibliothèque. Mais malgré tout, je trouve ce roman assez déséquilibré : il manque peut-être encore un peu de maturité.

En bref, en tout cas, j'aime ce roman car il y a beaucoup à en dire : c'est bien la preuve qu'il remue des choses et interpelle. Il n'est certes pas parfait, mais m’a offert un beau moment de lecture et de partage.

Commentaires   

Accalia
# Accalia 30-09-2017 19:13
Je viens de terminer ce roman, du coup, je suis allée lire ta critique!^^
Je suis d'accord avec toi sur beaucoup de points, dont les négatifs...Cela faisait vraiment très puéril et c'était peut-être le but!^^
Je l'ai trouvé vraiment particulier en fait. Pendant toute ma lecture, j'ai finalement attendu qu'il se passe une catastrophe, mais cela ne m'a pas manqué en fait, j'étais plutôt soulagée de la fin^^ j'aime beaucoup sa vision de la magie, que je trouve très originale et Mori est tout de même assez attendrissante. Et même si moi et la SF, on ne s'entend pas trop, j'adorais quand elle parlait de livres!
Bon je m'arrête là^^
Répondre | Répondre en citant | Citer
Nadège
# Nadège 21-09-2017 09:10
Le résumé est top et m'aurait fait acheter ce livre de suite, mais les passages que tu as cités gâchent un peu mon entrain et je les trouves assez dérangeant aussi, c'est dommage.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 25-09-2017 11:36
Je comprends, mais c'est surtout une question de sensibilité tu sais. Si jamais tu le croises, tu peux lui donner sa chance tout en étant attentive ;)
En tout cas, je ne regrette absolument pas ma lecture.
Répondre | Répondre en citant | Citer
Marianne
# Marianne 18-09-2017 08:08
Je ne connais pas ce roman, mais j'avoue qu'il me tente surtout pour ses références littéraires !
Je comprends que les passages que tu as cité ont de quoi déranger... C'est peut être ça qui me freine un peu pour sa lecture...
P.S.: Ton indice est adorablement bien placé ^^
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 25-09-2017 11:37
holalala si tu savais, Marianne, le nombre de livres que j'ai envie de dévorer grâce à ce roman ! XD
C'est simple : tous les classiques de la SFFF !
Répondre | Répondre en citant | Citer

Copyright © PikoBooks 2017