The Memory Book -Lara Avery – Lumen

Comme quoi, quelque fois, il faut suivre son instinct et persévérer. Quand ce livre est arrivé dans notre librairie, j’ai tout de suite eu envie de le lire.

Tout d’abord parce que les publications de Lumen m’enchantent en grande majorité (coup de cœur pour Le secret de l’inventeur, belle lecture de Dualed, tentation ultime avec The Book of Ivy, pour ne citer qu’eux) et que c’était la première fois que je tombais nez-à-nez avec un roman « blanc ». Une histoire du quotidien, ni fantasy, ni dystopique, ni SF.

Mais j’ai du m’y prendre à deux fois. Le temps de m’adapter au rythme d’un roman « blanc ». Non, il n’y a pas autant de péripéties que dans la fantasy. Oui, il faut faire un effort. C’est tout de même un livre young adult. Bien sûr qu’il aura des défauts. Alors, quand, à 70 pages de lecture, je me suis dit « j’accroche vraiment pas… Je m’ennuie », j’ai fait une pause. Trois jours plus tard, je le finissais d’une traite ! Cela valait finalement grandement la peine de se mettre un petit coup de pied au derrière (de l’œil).

Parlons ensemble de The Memory Book, de Lara Avery, traduit de l’anglais américain par Julie Lafon, à paraître aux éditions Lumen le 12 mai 2016.

Ce qu’en dit l’éditeur

« On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t’écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes !  »

« Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan. C’est ainsi que naît son projet : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute attente, contre vents et marées : ne rien oublier. Au détour des pages de The Memory Book, mélange étonnant d’extraits de son journal, de notes personnelles et de messages de son entourage, vous ne pourrez que tomber amoureux de Sam, une fille comme aucune autre qui apprend à vivre sa vie à pleines dents, même si ce n’est pas celle qu’elle avait planifiée. »

Un roman dynamique et intrusif

Les pages défilent à une vitesse ! Une fois que la machine est lancée, elle file à toute allure. Le principe des « notes pour mon futur moi » est très bien exploité. Et surtout, ce qui est parfois le cas dans les romans young adult, le postulat de départ, à savoir que notre héroïne prend des notes sur son ordinateur (ou éventuellement son portable), est maintenu du début à la fin de l’ouvrage. Et les petits rappels contextuels sont très bien dosés, à tel point qu’une fois passé les 70 premières pages, le décor est si bien monté qu’il fait parfaitement illusion.

Le personnage de Sam est un personnage comme on aimerait en rencontrer beaucoup plus souvent en young adult. Voici une jeune fille étonnante, d’une grande éloquence et intelligence, pleine de vie, d’ambition, de persévérance. Sous couvert de quelques timidités, elle est également très attachante et touchante. Une belle héroïne, une fille moderne et drôle.

Cgu8cvuWgAAGiHb

Des clichés maîtrisés et détournés avec malice

L’amoureux intelligent, le meilleur ami perdu de vue, la copine délurée et sociale, la fratrie plus jeune et chronophage… Autant de « déjà vus » extrêmement bien menés. Si l’on a affaire à des motifs récurrents de ce genre d’histoires, ils sont suffisamment bien traités pour faire parfaitement illusion. Et encore une fois, c’est Sam qui rattrape tout. C’est elle, le contre-pied inattendu. Rien n’est insupportable pour notre héroïne. Elle prend la vie comme elle vient, en s’autorisant des instants de doutes, de faiblesses et d’errance. Voici ce qu’elle a et voici ce qu’elle en fait : elle se débrouille. Enfin ! Enfin un personnage qui ne s’apitoie pas sur sa vie quotidienne, qui apprécie la banalité d’une sortie au parc, d’une séance de film ennuyeux en famille. De quoi donner du baume au cœur aux jeunes lecteurs qui s’identifieront facilement.

La maladie de Sam est également traitée avec beaucoup de finesse. Ultra présente, élément central du livre, c’est un « faire avec » qui se transforme en « vivre malgré tout ». Déclencheur de quelques rebondissements, certes attendus, mais bien menés, ce grave soucis de santé offre de très beaux moments d’introspection. Que ferais-je à sa place ?

Une lecture qui remet les choses à leur place

Face à cette belle « ode à la vie », ou plutôt à l’effrayante « gouache » de Sammie, on est comme emporté dans un grand élan de motivation. J’ai presque vécu ce roman comme un livre de développement personnel. Presque, bien sûr, ne soyons pas trop lyrique. Mais tout de même, cette note principale de bonne humeur, d’optimisme, d’envie, de joie de vivre… ça fait beaucoup de bien.

Je vous recommande donc chaleureusement ce roman, en espérant que, comme moi, vous passerez un très bon moment de lecture (quitte à tomber amoureux de Sam).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © PikoBooks 2017