Wonder - Raquel Jaramillo Palacio

Hou qu’il est difficile de parler d’un roman qui semble parfait. Un roman qui jouit d’autant plus d’une excellente couverture médiatique (à juste titre), qui vient d’être adapté au cinéma et qui a enchanté tant et tant de lecteurices. Allez, on essaie quand même ?
wonder miniature
Ensemble aujourd’hui, parlons de Wonder :
  • Raquel Jaramillo
  • traduit par Juliette Lê
  • publié en 2013 chez Pocket Jeunesse
  • EAN : 9782266232616

La première chose que je vous conseille, c’est d’entamer votre lecture en écoutant David Bowie et sa chanson Space Odity. N’attendez pas qu’elle soit mentionnée dans le livre, faites moi confiance, votre lecture n’en sera que plus magique.

Ce qu’en dit l’éditeur

Ne jugez pas
un livre [mot raturé et changé en Garçon]
sur sa couverture [de même, changé en son apparence]
"Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire."
Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège... Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux ?
Dans la lignée du Bizarre incident du chien pendant la nuit, un petit bijou de sensibilité et de drôlerie. Un roman irrésistible sur le destin peu ordinaire d'August Pullman, un enfant différent.

Un roman jeunesse rythmé et accessible

Ce roman m’a happée. Son rythme très rapide (les chapitres sont courts et s’enchaînent aisément, en alternant les points de vue internes entre différents personnages) et son écriture simple mais efficace me l’ont fait dévoré. Quelques heures seulement, mais quelles heures !


Les thématiques qu’il aborde sont nombreuses. Bien entendu, la question de la différence et de la maladie à travers le personnage d’August, mais aussi le changement en général, les différentes évolutions qu’un.e adolescent.e peut vivre au cours de sa scolarité, les rapports de groupe, les intéractions sociales, les liens familiaux… Bref, ce roman « tranche de vie » est malin et complet, il fera un bien fou à tou.te.s les adolescent.e.s qui le liront. A mettre entre toutes les mains donc !

Equilibre entre émotion et autodérision

Oui, August va en baver. Son entrée au collège ne va cesser de le blesser (les autres, la différence, la méchanceté gratuite), mais il va aussi apprendre l’autodérision, le courage, le pardon, l’audace. August, en étant confronté à la bassesse des uns, va aussi apprendre à s’ouvrir aux autres. Comme nous, qui lisons ce livre.

La grande intelligence de ce roman jeunesse, c’est de ne jamais tomber dans le pathos gratuit. La justesse avec laquelle Palacio manipule les sentiments de ses personnages, et tout particulièrement ceux d’August et de Via nous offre des émotions fortes (et ce dès les premières pages, je vous mets au défi de ne pas vous émouvoir), mais sans jamais tomber dans la délectation du malheur d’autrui par une catharsis extrêmement mal placée.

Une famille à l’écoute : mon coup de coeur

Oui, la famille d’August m’a beaucoup plu. Les parents qui s’excusent, qui acceptent leurs erreurs sans orgueil pédagogiques, qui acceptent les colères, les émotions, les silences… La dynamique de ces quatre personnages est vraiment inspirante.

Via, l’adolescente nouvellement lycéenne qui gère avec tant de lucidité son rapport à son frère, qui reconnaît et accepte la part de jalousie qui se cache en elle sans en faire un drame et sans culpabiliser (« oui, c’est comme ça »), m’a beaucoup impressionnée. August, qui sait redevenir affectueux passé la colère, qui écoute aussi, qui comprend les silences, m’a charmée. Mais ces deux adultes surtout, ces parents bienveillants et malins, capables d’exprimer leurs craintes et leurs angoisses sans les transposer automatiquement sur leurs enfants, qui accompagnent sans étouffer… m’ont totalement inspirée.

Mon point de vue adulte est sans doute biaisé, mais si je ne devais retenir qu’un seul personnage de ce roman, je retiendrai cette famille : ce groupe d’individus uniques qui agissent tous en synergie. Voilà de quoi aller de l’avant.

Je ne remercierai jamais assez Céline, du blog Céline Online, pour m’avoir permis de découvrir ce roman. Merci encore. Grâce à ce livre, j’ai passé un moment de lecture délicieux, j’ai souri, j’ai pleuré et j’ai espéré.
Je n’attends qu’une seule chose : pouvoir lire la deuxième version de cette histoire : Auggie & moi, toujours chez Pocket Jeunesse.
A très vite, August !

Commentaires   

Sita
# Sita 30-01-2018 10:20
Si je ne t'ai pas laissé en parler ce weekend, c'est parce que j'ai noté déjà bien trop de choses à lire ! ...Alors qu'est ce que je fais ici ?! Ok, vendu, une famille franche qui accepte et parle des sentiments négatifs, il ne me faut pas beaucoup plus à moi non plus !
Merci Piko ;)
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 31-01-2018 11:02
Haaaaaaaaa !
En plus, mon petit doigt me dit qu'une certaine Queen a tenté de te le prêter. huhuhu. Coïncidence ? Je ne crois pas !
Répondre | Répondre en citant | Citer
Lilia Vernalia
# Lilia Vernalia 29-01-2018 21:52
Bon, à force de le voir partout estampillé "coup de cœur" il va vraiment falloir que je le lise celui-là !
Répondre | Répondre en citant | Citer
Pikobooks
# Pikobooks 29-01-2018 22:12
Haha, oui, je comprends pourquoi tu le vois partout. Je peux en remettre une couche ? Je pense sincèrement qu'il pourrait te plaire... *sourire éclatant*
Répondre | Répondre en citant | Citer

Copyright © PikoBooks 2017