Tant que nous sommes vivants - Anne-Laure Bondoux - Gallimard Jeunesse

Ce livre me faisait de l’oeil depuis sa sortie, depuis vos chroniques et vos encouragements. Je remercie mon compagnon qui a su céder à mes lamentations avec dignité lorsqu’il me l’a offert.

Parlons ensemble de cette lecture coup de poing, de cette merveille de conte, de cette expérience de lecture fantastique que fut Tant que nous sommes vivants, de Anne-Laure Bondoux.

Ce qu’en dit l’éditeur

"Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de nuit et lui de jour. Dès le premier regard, ils tombent amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus…

Un grand roman d’aventures en forme de conte moderne. Rare, puissant, hypnotique."

«Dans ce roman, mes personnages perdent sans cesse quelque chose ou quelqu’un, un amour, une croyance, une illusion. Rien n’est plus douloureux. Et pourtant, ils se relèvent, ils avancent, et ils découvrent que la douleur peut se transformer en force.
Comme dans la vie»
Anne-Laure Bondoux

Du conte contemporain

C’est la première des sensations ressenties lorsque l’on lit ce roman. Les motifs du conte sont là, bien présents, et pourtant l’auteur arrive à jouer avec les items liés au genre. Mais ce qui frappe c’est surtout cette distanciation prise avec les personnages, principaux comme secondaires. Quoiqu’il puisse leur arriver, nous ne tombons jamais dans un pathos larmoyant, car tout nous est conté, et non raconté. Et la différence est fondamentale. Ainsi nous passons d’un lieu à l’autre et d’un temps à l’autre sans que cela choque, le lecteur suit et s’adapte. Cela donne une lecture douce amer, vivante et rapide… assez violente même, mais délicieuse.

Un roman écrit en ombres chinoises

L’un révèle l’autre. L’ombre et la lumière.

Si je ne devais retenir qu’un seul mot pour décrire ce roman, ce serait « dualité« . Et je rajouterais peut-être, si on me le permet « confrontation salvatrice« .

Masculin/féminin ; nature/machine ; ombre/lumière ; guerre/civilisation ; haut/bas ; individu/société ; courage/lâcheté ; voyage/enracinement… La liste pourrait continuer à l’infini.

Je ne vous en dis pas plus car ce motif récurrent mérite qu’on le découvre avec des yeux naïfs.

Un roman doux-amer qui transperce le coeur

J’ai vraiment été touchée par ce roman. Sa douceur mêlée à l’amertume des situations vécues, la beauté profonde des personnages, le symbolisme fort des péripéties… À peine 350 pages en format poche mais tant de force et de significations !

Les mots me manquent… Ce roman est splendide.

L’absence volontaire de repère historique ou physique permet à n’importe quel lecteur de se projeter sur la scène narrative. Chaque situation vécue est d’autant plus forte qu’elle mélange fantastique angoissant et réalité poignante.


Tant que nous sommes vivants d’Anne-Laure Bondoux rejoint La mécanique du cœur de Mathias Malzieu au panthéon des contes contemporains qui m’auront profondément chamboulée.


Quelle lecture ! Quelle lecture !

Vous l’aurez compris, je vous recommande à 100% ce petit roman, qui m’a fait un bien fou et qui pourtant me laisse le cœur gros et serré.


Et vous, qu’en pensez-vous ?
Au plaisir de vous lire,
Pikobooks.

Comments est propulsé par CComment

Copyright © PikoBooks 2017